Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

25/01/21 | 15 h 23 min par Mandie McKeown

PEKIN / JO hiver 2022 : MARS WRIGLEY SNICKERS, cible de la pétition engagée contre ce sponsor officiel des JO d’hiver 2022

Mars-Wrigley-Snickers  fameuse marque de barres chocolatées est de longue date le fournisseur exclusif de chocolats pour les Jeux Olympiques (JO) et Paralympiques d’hiver 2022 à Pékin. Ce n’est pas la première fois qu’une collaboration entre Snickers et le Comité d’organisation des JO a lieu. La marque américaine était déjà partenaire officiel en 1988, 1992 et lors des Jeux Olympiques 2008.

A juste titre, n’oublions pas les JO de Pékin 2008 et leurs belles promesses, suivies peu après de la funeste arrestation en 2010 de LIU XIAOBO, Prix Nobel de la Paix 2010, emprisonné et, il faut le dire ainsi, assassiné en 2017 sous la férule de Xi Jinping.

Pourquoi attribuer à la Chine de nouveaux Jeux, alors que depuis ceux de 2008, la surveillance et la répression des citoyens organisées par Xi Jinping, se sont accentuées et généralisées ?

Relisons, dans Libération du 15 octobre 2020, la Tribune co-signée par Marie Holzman, Présidente de Solidarité Chine, par Noël Mamère ancien Député du Parlement européen, ainsi que par Vincent Brossel pour Reporters Sans Frontières :

Pékin 2022, le nouvel égarement de l’olympisme

Le mot du Bureau

 

L’ONG tibetnetwork propose aux associations et particuliers cette pétition :

Annuler la parrainage de Beijing 2022 / Lettre de signature conjointe.

Cher Monsieur Reid,

Nous, une coalition de plus de XX groupes de campagne mondiale, écrivons cette lettre pour vous faire part de nos sérieuses inquiétudes quant au fait que la marque de Mars Wriglez Snickers se soit inscrite en tant que sponsor officiel des Jeux Olympique d’hiver de Béijing 2022, et pour vous exhorter à reconsidérer attentivement cette décision et à annuler immédiatement le parrainage.

Dans un peu plus d’un an, les Jeux Olympiques d’hiver de Beijing 2022 ouvriront. Selon les autorités chinoises, cet événement prestigieux sera «ouvert» et «inclusif», créera un «monde harmonieux» et favorisera le «progrès social». Mais pour ceux qui vivent sous la domination chinoise, la réalité est loin d’être inclusive, ouverte et harmonieuse; au contraire, la vie quotidienne est caractérisée par une répression brutale de la diversité culturelle, un déchirement de la cohésion communautaire et des portes closes aux observateurs des droits humains et aux médias internationaux qui ont désespérément tenté de documenter l’aggravation de la répression.

Comme vous le savez sans doute, la situation des droits de l’homme de ceux qui vivent sous le régime chinois a atteint un niveau sans précédent. La situation au Tibet occupé s’est dramatiquement détériorée et en janvier 2020, pour la cinquième année consécutive, elle a été classée comme le deuxième pire endroit au monde pour les droits civils et politiques après seulement la Syrie. Au moins deux millions de musulmans – dont des Ouïghours, des Kazakhs et des Ouzbeks – sont enfermés dans des «camps de rééducation» soumis à la torture systématique et à la rééducation politique. Imaginer un monde dans lequel ils peuvent regarder, et encore moins participer, les Jeux olympiques d’hiver est pratiquement impossible.

Le manque d’ouverture et d’engagement du gouvernement chinois en faveur du progrès de la société a été illustré par sa répression à Hong Kong, où Pékin a mis en œuvre un projet de loi draconien sur la sécurité nationale à Hong Kong qui interdit les actes de «fractionnement, subversion, intervention étrangère et terrorisme», dans son dernier effort pour restreindre les droits de l’homme restants de ceux qui vivent sous la domination chinoise. Pendant ce temps, la Chine continue d’emprisonner plus de journalistes que tout autre pays au monde, ce qui rend difficile de concilier les affirmations du gouvernement chinois selon lesquelles les Jeux seront caractérisés par un esprit «d’ouverture».

Une lettre de Human Rights Watch au Comité international olympique a récemment soulevé le fait que les Jeux de 2022 se dérouleront dans un environnement des droits de l’homme bien pire que celui de 2008, lorsque le gouvernement chinois est revenu à plusieurs reprises sur les engagements en matière de droits de l’homme qu’il avait pris pour garantir la droit d’accueillir les Jeux.

Nous sommes profondément troublés que votre marque Snickers ait été annoncée en tant que sponsor officiel de Beijing 2022. Le gouvernement chinois a essayé d’améliorer son image, investissant des millions de dollars dans une campagne de relations publiques pour encourager les États et les entreprises étrangers à investir dans le pays et accueillir les Jeux olympiques d’hiver de 2022 est l’un des moyens par lesquels il a cherché à le faire. Cela signifie souvent aussi développer des partenariats avec des entreprises qui se sont engagées publiquement à respecter les droits de l’homme, dans un effort pour renforcer leur propre crédibilité par association.

En tant que groupes voués à la protection des droits de l’homme et aux meilleures pratiques commerciales, nous saluons l’adhésion publique ferme de la société aux politiques et pratiques en matière de droits de l’homme et son engagement à «construire des partenariats solides en matière de droits de l’homme». Malheureusement, le gouvernement chinois n’est pas un candidat viable ou qualifié pour un tel partenariat, et Mars Incorporated ne devrait pas abandonner ces valeurs pour récolter les récompenses financières qui accompagnent le parrainage d’un événement sportif majeur qui se déroule dans un environnement aussi répressif.

Nous vous exhortons à annuler immédiatement votre parrainage des Jeux Olympiques de Beijing 2022 sous peine d’être entachés d’association. En mettant fin à cet accord, Mars Wrigley a l’occasion d’envoyer un message clair qui ne tolère pas de traiter avec des gouvernements qui profitent de l’occupation, du génocide et des violations des droits de l’homme et de faire une réelle différence dans la vie de ceux qui vivent sous l’emprise de Pékin.

Nous aimerions vous demander l’opportunité de vous rencontrer ainsi que d’autres représentants de Mars Wrigley pour discuter de nos graves préoccupations concernant la situation des militants tibétains, ouïghours, de Hong Kong et chinois.

Veuillez contacter Mandie McKeown à mandie@tibetnetwork.org pour discuter de l’organisation de cette réunion.