Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

12/06/15 | 23 h 29 min

La réunion des représentants chinois pour la candidature de Pékin au Jeux Olympiques d’hiver de 2022 perturbée par des activistes.

tibet_china_olympics_games2

Dharamshala, le 11 juin : Des militants de l’Association des Jeunes Tibétains d’Europe (TYAE) ont perturbé une rencontre des représentants du gouvernement chinois et du Comité Olympique de Pékin à Lausanne où les Chinois présentaient leur candidature pour l’obtention des jeux d’hiver en 2022.

Les manifestants ont déployé une banderole avec cinq impacts de balles en guise des cinq anneaux olympiques tandis qu’ils présentaient un spectacle de rue sur la brutalité policière en Chine. Un militant, habillé en policier chinois, donnait des coups à une opposante tibétaine tenant le drapeau national tibétain entre ses mains. « Finis les jeux entachés de sang. Stop à Pékin 2022, » ont scandé les manifestants dans le hall de l’hôtel.

Après l’attribution des Jeux à Pékin en 2008, les membres du CIO avaient déclaré que ceux-ci contribueraient à améliorer les droits de l’homme au Tibet et en Chine.

Parmi les protestataires se trouvait Golog Jigme, arrêté deux fois depuis 2008 pour avoir aidé le réalisateur tibétain Dhondup Wangchen pour son film « Leaving Fear Behind » (« Oublier la peur »). Jigme s’est exilé l’an dernier et vit en Suisse depuis janvier.

« Je suis ici aujourd’hui comme témoin de la répression chinoise au Tibet. Mais cela ne concerne pas que moi. Nombre de manifestants et de défenseurs des droits de l’homme tibétains ont été emprisonnés et exécutés en 2008, » a expliqué Golog Jigme. Il a en outre exhorté le Président du CIO, Thomas Bach, à respecter la dignité et les droits du peuple tibétain. « Si les Jeux Olympiques devaient à nouveau être attribués à la Chine en 2022, vous seriez en partie responsables de telles atrocités, » a poursuivi Jigme, lançant un appel au Président du CIO, Thomas Bach.

 

La TYAE a affirmé que la présence à Lausanne du Vice-Premier ministre chinois, Liu Yandong, montrait l’importance politique pour la Chine que lui soient attribués les jeux d’hiver.

Palmo Brunner, Vice-président de la TYAE, a indiqué « Ici en Suisse, nous pouvons exprimer nos points de vue librement, ce qui est malheureusement impossible pour nos frères et sœurs à l’intérieur du Tibet en raison de l’oppression chinoise. Aujourd’hui, Liu Yandong n’a d’autre choix que de se confronter à notre manifestation et à notre opinion, ici, dans un pays libre. Nous, les jeunes Tibétains de Suisse, ne resterons pas tranquillement assis à regarder la Chine se faire récompenser pour sa répression au Tibet. »

En mars, les militants pro-Tibet ont envoyé un rapport au CIO et aux membres du CIO exposant comment les Jeux Olympiques de Pékin en 2008 non seulement n’avaient pas permis d’améliorer les droits de l’homme en Chine et au Tibet, mais en plus avaient enhardi la Chine à intensifier ses mesures répressives.

traduction France Tibet