Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

08/06/15 | 9 h 55 min

Victoire pour SFT : Premier Institut Confucius fermé en Allemagne

Stuttgart-Media-University

Padma Dolma de SFT (à droite du drapeau) avec les membres du Tibet Initiative Deutschland et Tibeter Verein Jugend in Europa devant l’Université de Médias de Stuttgart (Photo courtesy: SFT)

Un groupe Tibet à convaincu une Université allemande de rompre le lien avec l’Institut de propagande chinoise Confucius. (pour la liste de ces instituts en France et en Belgique, cliquez ici )

L’Université des médias de Stuttgart en Allemagne a fermé son Institut Confucius, soutenu par la Chine, sous la pression de l’association « Etudiants pour un Tibet Libre (SFT) » dont le siège est à New York. SFT possède un réseau d’unités dans les écoles, les collèges et les universités à travers le monde libre, et mène depuis plusieurs mois une campagne active «Dites non aux Instituts Confucius Chinois ».

Le rapport a noté qu’il s’agit de la neuvième université qui abandonne ses liens avec l’Institut ; d’autres écoles avaient déjà coupé tous liens dont l’Université de Chicago et de Penn State aux Etats-Unis (et Lyon en France, note France Tibet ). La campagne a été réalisée non seulement par des Tibétains et des groupes de soutien au Tibet, mais aussi par des groupes de militants des droits de l’Homme et des universitaires intéressés par la liberté de parole et d’expression, et surtout par la liberté des universités.

Les Instituts Confucius, mis en place dans les écoles et établissements d’enseignement supérieur à travers le monde, sont gérés par une unité du Ministère de l’Éducation de la République Populaire de Chine dans le but ostensible de «promouvoir la langue et la culture chinoise ». En échange de fonds, les Instituts des universités doivent accepter  des enseignants et du matériel didactique soumis à la propagande du Gouvernement chinois et adhérer aux versions officielles de la Chine sur des questions comme les droits de l’Homme, la liberté religieuse ou l’histoire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le rapport cite Tenzin Dolkar, directrice exécutif de SFT, indiquant que la séparation de l’Université de Stuttgart et de l’Institut Confucius a été une victoire pour les droits humains. «Permettre au gouvernement chinois d’imposers a version sur les droits de l’homme en Chine et sur le Tibet dans nos campus constitue une menace grave à la liberté des universités. Nous félicitons l’Université des Médias de Stuttgart d’avoir pris cette mesure et de protéger ainsi son indépendance et son intégrité universitaire », a-t’elle indiquée.

Stuttgart est la première des 16 Universités en Allemagne à mettre fin à son embarrassant partenariat avec le Gouvernement chinois.