Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

31/10/17 | 17 h 56 min

Au moins 7 Tibétains seraient détenus pour avoir tourné et diffusé des vidéos d’auto-immolations en signe de protestation

Capture d’écran d’une vidéo montrant un officier de police éteignant le corps en flammes par auto-immolation de Wangchuk Tseten, le 15 avril 2017

La police chinoise de Yulshul (en chinois :Yushu), une préfecture de la province du Qinghai, a interpellé au moins 7 Tibétains ces dix derniers jours, les accusant d’avoir réalisé et diffusé des enregistrements vidéos de protestations par auto-immolation, ayant eu lieu quelques jours auparavant, comme l’indique le service tibétain de Radio Free Asia (à Washington) le 23 octobre dernier.

Il reste à déterminer quels enregistrements vidéos d’auto-immolation ont été tournés il y a deux ans. Néanmoins tout le monde s’accorde sur un même lieu de tournage dans la préfecture du conté de Tridu (Chenduo). 6 détenus identifiés – Tashi Damdul, Kalsang Gyaltso, Tsering Chophel, Tenzin Namgyal, Choephel et Tsering Norbu – viennent du village Khangra de ce Comté. Et le 7ème, Tsegyam appartiendrait au village Kamyi du même Comté.

L’information relatée par une source au Tibet, s’appuyant sur des témoignages locaux, explique que « les motifs de leurs arrestation et détention proviennent du partage et de la propagation d’une nouvelle vidéo, tournée par ces Tibétains deux ans auparavant, et faisant ressortir les souffrances et l’agonie des Tibétains s’auto-immolant, relayées par WeChat. »

L’information livrée par cette même source ajoute : « les autorités chinoises ont accusé ces Tibétains de contact au -dehors du Tibet via Internet, et les ont inculpés pour des initiatives d’actions illégales. »

En raison du renforcement des mesures de sécurité, y compris toutes formes de communication, aucun renseignement sur les circonstances de détention et le sort de ces détenus tibétains n’est vérifiable.

Les mises en détention auraient été conduites lors d’une vaste opération secrète menée durant le 19ème Congrès quinquennal du Parti Communiste Chinois à Pékin, inauguré le 18 octobre.

Au total, ce sont 150 Tibétains à s’être auto-immolés en signe de protestation sur la plateau du Tibet, depuis Février 2009. Les autorités chinoises ont sanctionné les parents proches, ainsi que les villages et congrégations monastiques dont les auto-immolés étaient issus, pour essayer d’enrayer ces actions.
Pourtant, sporadiquement, de tels actes continuent de se produire sans aucun signe de fléchissement.

Traduction France Tibet