Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

28/06/16 | 19 h 25 min par Yangchen Dolma

AKHORI ( TIBET) : Victoire relative des villageois de la municipalité pour stopper l’exploitation minière d’une montagne sacrée…

mining

Le gouvernement local de la municipalité d’Akhori, Comté de Chuchen, Amdo tibétain, a été contraint d’arrêter temporairement l’exploitation minière dans une montagne sacrée après que les protestations tibétaines aient reçues une forte attention des médias.

Cependant, les manifestants ne pensent pas que la pause dure longtemps puisque la sainte montagne de la ville a déjà été qualifiée de « principal projet minier par le Bureau de surveillance géologique de la Chine entre 2016 et 2018« .

Une source locale dit : « Les habitants d’Akhori protègent l’écosystème en risquant leur vie et ils sont déterminés à ne jamais revenir en arrière. Merci pour l’appui fort de la part des gens qui croient en la justice, ainsi que l’attention des médias. Le gouvernement local a arrêté le projet d’exploitation minière. Mais s’il en a l’occasion, le gouvernement chinois va se débarrasser des Tibétains sans pitié« .
Il ajoute : « Ce que nous voudrions voir, c’est une nouvelle politique de la Chine qui signifierait que nous ne devons pas faire face à un groupe violent des forces armées. Nous ne voulons pas être victimes de discrimination ethnique et nous ne voulons plus jamais être trompés par le gouvernement chinois. Ils nous paraissent être des ennemis et nous traitent comme des jouets, nous ne disposons d’aucune liberté« .

Les protestations ont éclaté le 28 mars 2016 après le début de la construction d’infrastructures pour développer l’exploitation minière, dont la construction d’une route pour faciliter le développement d’une nouvelle centrale électrique [1].

Un affrontement entre les forces de sécurité et les manifestants s’en est suivi peu après ; 20 Tibétains ont été blessés et 7 détenus. Cependant, un grand nombre de membres de la communauté tibétaine ont poursuivi la manifestation, exhortant les autorités à « protéger la montagne sainte et à arrêter l’exploitation« . Le déploiement des forces de sécurité a créé la rébellion actuelle.
Les représentants du village sont allés directement voir les autorités locales pour exiger la fin de l’exploitation minière et ont rapidement gagné l’attention des médias locaux et des groupes de soutien au Tibet.

Les représentants iront ensuite présenter des pétitions aux bureaux locaux du gouvernement et au gouvernement chinois pour demander des explications sur l’avenir de l’exploitation minière dans la région. Ils iront également demander la protection pour les nomades vivant sur les terres à proximité et l’arrêt de la destruction de l’environnement écologique.

 Traduction en français : lundi 27 juin 2016 par Monique Dorizon, Rédaction CSPT