Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

18/11/17 | 18 h 18 min par France Tibet

PEKIN ET LA REPRESSION : Un auteur-compositeur-interprète chinois arrêté pour une chanson sur feu Liu Xiaobo

Mardi, un avocat spécialisé dans les droits de l’Homme révélait qu’un musicien chinois a été arrêté pour avoir chanté une chanson sur le Prix Nobel de la Paix et prisonnier politique Liu Xiaobo, tandis que son collaborateur a été forcé de quitter la ville de Foshan*, ville où il travaille et vit avec sa famille.

Auteurs-compositeurs-interprètes, Xu Lin et Liu Sifang sont détenus respectivement à Nansha et Jiangxi suite à leurs chansons à la mémoire de Liu Xiaobo, décédé en juillet de cette année, en garde-vue alors qu’il était en phase terminale d’un cancer du foie.

Xu Lin a été officiellement arrêté le 2 novembre pour « acte de dispute et trouble de l’ordre public » tandis que son ami chanteur et activiste, Liu Sifang, a été relâché sous caution.

« Sans contact régulier avec sa famille et un avocat, Xu Lin pourrait subir des actes de tortures ou d’autres actes de sévices », a récemment déclaré Amnesty International (ce lien vous permet de contacter les autorités pour agir pour sa libération, NdT).
L’avocat pour les droits de l’Homme Sui Muqing a déclaré avoir rendu visite lundi à Xi au centre de détention de Nansha, dans la province du Guangdong.

« Les charges d’acte de dispute et de troubles de l’ordre public sont devenues des motifs communs pour réprimer la liberté d’expression », a précisé l’avocat. Il continua : « La plupart des personnes détenues pour avoir posté quelque chose en ligne sont poursuivis pour ces motifs. « 

L’avocat révéla que Xu Lin a choisi de ne pas être défendu par un avocat, comme ses pairs qui ont fait de même et ont plaidé « coupable » pour être moins maltraités. Xu a aussi dans l’esprit de ne pas utiliser des ressources dont d’autres pourraient avoir besoin.
Un autre avocat des droits de l’Homme, Lin Qilei, ajouta que Xu était en pleine possession de ses moyens et sûr de ses propos. Il suggéra, à la direction que prenaient les questions de la police, que l’auteur-compositeur-interprète était détenu en relation avec une chanson sur Liu Xiaobo.

Epouse sous-surveillance 24h/24

Xu Qin, membre de l’Observatoire des Droits de l’Homme en Chine, déclara que la femme de Xu Lin était durement touchée pour cette détention.

« La femme de Xu Lin est sous une pression intense à ce moment, ainsi après la mise en détention de son mari, [les autorités] ont installé des caméras de surveillance dans leur domicile. Elle est observée et suivi partout 24h/24. »

« Elle n’est pas autorisée à entrer en contact avec d’autres personnes que sa famille, elle ne peut pas non plus donner d’interview à un média étranger. La famille est très inquiète depuis l’officialisation de l’arrestation. »

Xu Qin affirma que Xu Lin n’a commis aucun crime, « ce dossier est entièrement tourné autour de la politique [nationale] de liberté d’expression dans le contexte du 19ème Congrès du Parti Communiste Chinois (cf l‘article sur les libertés Internet en Chine en 2017).
Pendant ce temps Liu Sifang, qui vivait à Foshan avec sa famille et travaillait dans une école privée, a été approché par la police qui lui disait de partir de la ville, pas directement, mais en mettant la pression sur son employeur qui n’a pas eu d’autre choix que de dire à Liu Sifang de démissionner.

Liu Xiaobo est décédé quelques semaines avoir avoir été diagnostiqué en phase terminale d’un cancer du foie, après que les requêtes familiales aux autorités pour trouver un remède à l’étranger soient restées lettre morte.

Sa femme, Liu Xia, n’a jamais été inculpée, mais est toujours en résidence surveillée et suivie continuellement par la police malgré les appels internationaux pour sa remise en liberté sans condition

Depuis, la police a arrêté de nombreux activistes qui ont organisés des actions en l’honneur de Liu, ainsi Zhuo Yuzhen est détenu à Jiangmen après avoir mis en place un mémorial marin un mois après le décès de Liu.

Reportage de Wen Yuqing pour RFA’s Cantonese Service, et Yang Fan pour le Mandarin Service. Traduit en anglais et publié par Luisetta Mudie.

Traduction française France-Tibet

Article original édité le 14 novembre 2014