Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

01/03/16 | 18 h 09 min par Tenzin Dharpo

Auto-immolation d’un jeune adolescent tibétain à Dehradun (Inde)

Immolation

Dharamshala, 1er mars 2016,

 

Nouveau drame d’auto-immolation, un garçon tibétain de 15 ans s’est immolé à Herbertpur, une ville près de Dehradun, s’écriant à plusieurs reprises «Le Tibet est un pays libre», tandis qu’il était la proie des flammes.

Dorjee Tsering s’est immolé vers 8h 30 hier (29 février) dans une maison pour personnes âgées de l’organisation tibétaine Doegu- Yugyalling à Herbertpur. Il est actuellement en cours de traitement, dans un état critique, au service de soins intensifs de l’hôpital Safdarjung, à New Delhi.

Dans une vidéo qui circule sur différents sites sociaux, le garçon à peine conscient et souffrant de très graves brûlures parle de ses intentions. « La raison pour laquelle j’ai décidé de me faire brûler comme un chomedey (lampe à beurre) tient au fait que le Tibet a été occupé par la Chine depuis 1959 et que j’ai toujours senti que je devais faire quelque chose pour la cause tibétaine. Hier, j’ai ressenti que la seule action qu’il me restait à faire était de m’immoler » y déclare Dorjee.

« Cet acte, je pense, provoquera un choc pour quiconque en entendra parler. Ceci va sensibiliser les gens qui vont découvrir qu’un garçon s’immole pour son pays. Des pays comme l’Angleterre, l’Amérique et l’Afrique – pays africains – entendront ainsi parler du Tibet, nous soutiendront et nous renforceront. Vive le Tibet Libre et je prie que Sa Sainteté vive plusieurs milliers d’années. »

En parlant aux médias, la mère du garçon  précisait qu’elle a vu son fils courir et crier, alors qu’il était la proie des flammes, et qu’elle l’a traîné sous le robinet pour éteindre les flammes.

Cette dernière, Bod-Kyi-Bus-Bab a rapporté (selon Tibet Times) :  « En septembre dernier, en parlant au téléphone, il m’a demandé si je serais fière de lui, s’il embrassait la cause tibétaine ? Je lui ai demandé d’abandonner de telles pensées. Je lui ai  expliqué qu’il y avait beaucoup d’autres façons de servir le Tibet. Je l’ai même menacé d’abandonner de telles pensées sinon je me tuerais avant. Plus tard, il m’ a présenté ses excuses et m’a assuré qu’il ne ferait pas une chose pareille. Il avait ensuite questionné son père sur le même sujet. Nous n’avons jamais imaginé qu’un garçon si jeune pourrait effectivement passer à l’acte ; nous avons pensé que ce n’étaient que des mots et n’avons pas pris cela au sérieux. »

« A l’hôpital, il m’a demandé de ne pas regarder son visage », a déclaré la mère endeuillée, malgré tout fière de Dorjee.

La famille de Dorjee Tsering est originaire de Manali et il est actuellement étudiant en classe de dixième (selon les standards indiens) au Tibetan Homes Foundation dans la ville de Mussoorie.

Il est le plus jeune parmi ses cinq frères et sœurs.

Dorjee est dans un état critique, brûlé à 95%.

Traduction Patrick Augustin pour France Tibet