Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

11/12/20 | 13 h 26 min par Clément Chaillou

BARCELONE / BARÇA / OUÏGHOURS : Antoine Griezmann, en termine avec Huawei, pour apporter son soutien aux Ouïghours.

L’attaquant français Antoine Griezmann, au Stade de France à Saint-Denis, le 11 novembre.

L’attaquant français du Barça, Antoine Griezmann, a annoncé ce jeudi mettre un terme à son partenariat avec l’entreprise chinoise Huawei, soupçonnée d’avoir mis en place un système de reconnaissance faciale des Ouïghours, persécutés en Chine.

Huawei accusé d’avoir aidé le gouvernement chinois dans la répression des Ouïghours

Huawei, entreprise chinoise spécialisée dans les nouvelles technologies, se retrouve depuis quelques jours au coeur d’une nouvelle polémique pour sa proximité avec le gouvernement. D’après un rapport du collectif d’experts en vidéosurveillance IPVM, publié par le Washington Post, Huawei a en effet mis au point un système capable d’envoyer des « alertes ouïghours », basées sur un système de reconnaissance faciale, comme l’indique le footballeur. Le but étant de prévenir les autorités lorsqu’un membre de cette minorité musulmane est identifié par une caméra de vidéosurveillance.

Ces accusations ont jusque-là été rejetées par Huawei, qui assure ne pas développer « d’algorithmes ou d’applications dans le domaine de la reconnaissance faciale mais uniquement des technologies à usage général qui se fondent sur les normes internationales en matière d’apprentissage automatique et d’intelligence artificielle ».

Ozil et Ba déjà impliqués dans cette cause

En décembre 2019, le milieu allemand d’origine turque Mesut Ozil avait déjà condamné le traitement des Ouïghours par les autorités chinoises dans la province du Xinjiang. Une prise de parole remarquée, qui avait conduit la chaine d’Etat CCTV à déprogrammer un match d’Arsenal (l’équipe d’Ozil), et le club londonien… à se désolidariser de son joueur, en expliquant être une « organisation apolitique ».

Un manque de soutien déploré en août dernier par le Franco-Sénégalais Demba Ba. « Arsenal a parlé de Black Lives Matter, mais quand il s’agissait de vies ouïghoures, Arsenal ne voulait pas en parler à cause de la pression et de l’impact économique, rappelait-il. Lorsqu’il y a des avantages financiers, certaines personnes ferment les yeux. L’argent a plus de valeur que les valeurs réelles. » En appelant ses confrères footballeurs à s’engager: « En tant que sportifs, nous avons un pouvoir que nous ne connaissons même pas. Si nous nous réunissons et parlons, les choses changent. Si nous nous levons, les gens nous soutiennent. »

Illustration : L’attaquant français Antoine Griezmann, au Stade de France à Saint-Denis, le 11 novembre. FRANCK FIFE / AFP