Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

11/07/18 | 14 h 25 min

BERLIN : Liu Xia enfin libre … mais arrestations et condamnations se poursuivent ..

Un tel sourire ne peut s’ oublier.

France Tibet souhaite à Liu Xia un prompt rétablissement en dépit des souffrance endurées, qui doivent profondément marquer tout être humain ; en dépit de l’ absence de son frère qui n’a pas voyagé avec elle, qui reste bien évidemment sous surveillance . Une façon de s’ assurer du silence de Liu Xia puisque les  membres des familles restés en Chine sont la cible de chantage et de sanctions voire de prison et de tortures ….

Nos remerciements vont à nouveau à Madame Angela Merkel et à l’ Ambassadeur d’ Allemagne à Pékin, dont les demandes répétées depuis plusieurs moi ont été, enfin, entendues … A quel prix ? l’ Histoire le dévoilera sans doute un jour .. après prescription …?

Le bureau de France Tibet

 

 

image : https://twitter.com/SophieHRW/status/1016834783509393409

 

Chine: Liu Xia, la veuve de Liu Xiaobo, accueillie en Allemagne

mediaLiu Xia lors de son escale à l’aéroport d’Helsinki, le 10 juillet 2018.Lehtikuva/Jussi Nukari via REUTERS

La veuve du dissident chinois prix Nobel de la paix Liu Xiabo, décédé l’an dernier, a été autorisée à quitter son pays où elle était assignée à résidence par les autorités. Elle est arrivée à Berlin où elle va s’installer et bénéficiera dans un premier temps de soins médicaux.

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

C’est une Liu Xia rayonnante qui est arrivée en fin d’après-midi à l’aéroport de Berlin en provenance d’Helsinki. La veuve du dissident chinois Liu Xiaobo n’a pas fait de déclarations et a immédiatement rejoint le centre-ville avec les personnes qui l’attendaient. L’écrivain chinois en exil à Berlin Liao Yiwu voulait l’accueillir. Sur Twitter, il a témoigné de sa joie en apprenant la libération de Liu Xia.

La veuve du prix Nobel de la paix Liu Xiaobo décédé il y a presque un an arrive à Berlin « selon son souhait », a déclaré le ministère des Affaires étrangères à Pékin évoquant les soins médicaux dont elle a besoin. Liu Xia souffre de graves dépressions après huit années de résidence à domicile imposée par les autorités. Ces dernières ont affirmé que le départ de Liu Xia n’était pas lié à la visite qui s’est achevée à Berlin mardi du Premier ministre chinois.

Les tensions sur le commerce international et la volonté de la Chine d’obtenir le soutien de l’Allemagne contre les Etats-Unis pourraient expliquer cette libération. Un ami proche a déclaré à l’agence de presse allemande DPA que la dernière visite de la chancelière Merkel en Chine avait joué un rôle décisif.

L’Allemagne s’est engagée depuis longtemps pour Liu Xiaobo et sa femme et avait déjà proposé sans succès que le couple puisse se rendre en Allemagne. Un spécialiste allemand ainsi qu’un collègue américain avait rencontré le dissident. « L’ambassade d’Allemagne est la seule depuis quatre ans qui était en contact téléphonique permanent avec Liu Xia », a expliqué à DPA la source proche du couple.

Un autre défenseur des droits de l’homme chinois Hu Jia interrogé par le magazine Der Spiegel rend également hommage à Berlin qualifiant le drapeau allemand de symbole de la liberté.

Le comité d’accueil de Liu Xia à l’aéroport Tegel de Berlin, le 10 juillet 2018.REUTERS/Hannibal Hanschke

Les défenseurs des droits de l’homme saluent la nouvelle

Son arrivée à Berlin est une bonne nouvelle pour Julia Cornalba, de l’ONG Amnesty International, qui souligne les difficultés que la femme du dissident a traversées dans son pays. « Il aura tout de même fallu attendre près d’un an après la mort de son époux Liu Xiaobo pour obtenir sa libération. Liu Xa a toujours soutenu son époux et elle a été punie pour cela. Elle a été privée du deuil de son mari, elle a été interdite de sortie de son domicile depuis. On était très préoccupés par sa santé, tant physique que psychologique. »

Amnesty rappelle cependant qu’une partie de la famille de Liu Xia, dont son frère, reste encore sous la menace de la répression en Chine. « Maintenant, on espère que le harcèlement dont est victime la famille de Liu Xia va cesser et on appelle une fois de plus à la libération de tous les prisonniers d’opinion en Chine. »


 ■ A Pékin, ses amis sont soulagés

Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

Le sourire de Lui Xia, désormais une femme libre, a été accueilli avec grand soulagement par ses amis restés en Chine. Parmi eux l’avocat Mo Shaoping :  « Je suis content pour elle. Elle est partie à Berlin, c’était son rêve. Il faut garder en mémoire que Liu Xia n’est pas une coupable, mais une citoyenne avec tous ses droits. Elle est donc libre de ses mouvements. Mais cela faisait longtemps que les autorités l’empêchaient de quitter la Chine. Il s’agissait là d’une violation de ses droits légitimes. »

Aucune charge ne pesait contre Liu Xia. Pourtant, la poétesse et artiste était forcée de vivre dans la solitude de son appartement, sans la possibilité de voir ses proches. Un traitement dont elle porte les traces, selon cet autre ami, le dissident Hu Jia : « Au cours de ces dernières huit années, elle vivait comme une prisonnière, tout comme son mari. Liu Xia disait que le Parti communiste considérait son amour comme un crime. Elle était punie pour aimer Liu Xiaobo. Les autorités ont pris leur revanche sur elle, c’est à cause de cela que sa dépression s’est aggravée et qu’elle souffre d’insomnies. »

Ce vendredi, Liu Xia pourra enfin rendre hommage à son mari Liu Xiaobo, décédé d’un cancer du foie il y a tout juste un an. En Chine, chaque personne qui allume une bougie en la mémoire du Prix Nobel de la paix risque l’emprisonnement.