Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

24/06/17 | 18 h 16 min

BERLIN / PEKIN : La diplomatie du panda… à Berlin

L’Allemagne reçoit ce samedi deux pandas en tant qu’ambassadeurs de la Chine pour 15 ans. Une méthode employée par la Chine pour nourrir de bonnes relations avec ses partenaires.

Berlin accueille deux invités de marque ce samedi, en provenance de Chengdu : des pandas promis à une carrière de stars mais aussi d' »ambassadeurs » de Chine en Allemagne. La femelle Meng Meng, ou « Petit rêve », et le mâle Jiao Qing, « Petit trésor », devaient fouler le sol berlinois vers 14h (12h GMT) à l’issue de plus de 12 heures de vol depuis leur Chine natale.

La première sortie publique des deux nouveaux pensionnaires du zoo de Berlin n’est prévue que dans une dizaine de jours, en présence de la chancelière Angela Merkel et du président chinois Xi Jinping, avant l’ouverture du sommet du G20 à Hambourg (nord). Ils seront les seuls ours de cette espèce très prisée dans le pays. L’emménagement à Berlin des deux animaux, considérés comme des trésors nationaux en Chine, constitue un nouvel épisode de la « diplomatie des pandas » instaurée par Pékin pour entretenir ses bonnes relations avec ses partenaires. La Chine n’a envoyé ces ambassadeurs spéciaux que dans une douzaine de pays.

Conquérir les coeurs

« La Chine a évidemment un problème d’image en Europe et donner des pandas est une manière très intelligente et facile de conquérir les coeurs », analyse Bernhard Bartsch de la Fondation Bertelsmann. Le zoo de Berlin, qui va débourser chaque année un million de dollars (920.000 €) pour la « location » de ces pandas pendant 15 ans, a préparé avec minutie le long voyage des deux ursidés.

« Panda Plaza »

Au zoo de Berlin, Meng Meng et Jiao Qing disposeront d’un soigneur attitré qui vient d’effectuer un stage à Chengdu, la capitale mondiale des pandas. Le zoo, mondialement connu grâce à l’ours polaire Knut aujourd’hui mort, a investi plus de 9 millions d’euros pour aménager « la Maison des pandas », déjà surnommée le  » Panda Plaza ». Les deux bêtes, qui ne se sont encore jamais rencontrées, auront notamment un « tunnel de l’amour » à l’abri des regards et des smartphones pour batifoler en paix. Il faudra faire vite toutefois : « La femelle n’est réceptive au mâle que 24 à 48 h par an », explique Jérôme Pouille.

Si la naissance d’un bébé panda au zoo de Berlin est l’ambition affichée, l’expert prévient : « Il ne faut pas espérer avoir un bébé avant trois ans au mieux ». Pour les 21 zoos dans le monde qui louent des pandas, l’affaire n’est pas toujours aussi rentable qu’escompté malgré la commercialisation de casquettes, tasses et peluches. Importer du bambou coûte des dizaines de milliers d’euros par an. Et quand il y a une naissance, le contrat de location prévoit de nouveaux versements aux Chinois.

© Le Télégramme  : http://www.letelegramme.fr/monde/chine-diplomatie-du-panda-a-berlin-24-06-2017-11570969.php#Yww3I1lYrGoO0kuu.9