Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

26/09/17 | 17 h 52 min par Pierre GUELFF

BRUXELLES : Exclusif … « Poignant et courageux témoignage d’une jeune Tibétaine » par Pierre Guelff

 

Au 8e Festival culturel du Tibet organisé dans la capitale de l’Europe au profit de projets éducatifs dans cette partie de l’Himalaya,  une jeune exilée tibétaine de 20 ans accepta de parler au micro de « Fréquence Terre ». Ayant quitté sa terre natale à l’âge de 8 ans, elle transita par l’Inde avant d’aboutir en Europe pour y suivre des études. Déjà dépouillée de sa culture et de sa personnalité, elle y est admise comme une… Chinoise ! Si ce courageux témoignage est le reflet d’un drame humain, il démontre à suffisance que la lutte citoyenne pour un « Tibet libre » n’est pas une simple vue de l’esprit et qu’il serait grand temps que les décideurs et politiques occidentaux agissent pour éviter que soit radiée de l’humanité la culture tibétaine, sans parler, bien sûr, de s’opposer à la répression qui s’abat depuis des décennies sur six millions d’habitants.

Voici quelques extraits de ce témoignage, la totalité de l’interview se trouvant sur le podcast ci-dessous :

« À l’âge de 8 ans, certes, je voyais la cohabitation entre les Chinois et les Tibétains, après, j’ai su qu’il y avait l’oppression. Si on possédait une photo du Dalaï-Lama, on risquait jusqu’à quinze ans de prison. C’est en Inde, que j’ai appris que nous ne pouvions pas avoir une liberté d’expression et une culture à nous. »

 « J’ai dû m’adapter. Au Tibet, il y avait l’Himalaya et la neige et, tout d’un coup, 34 à 40 degrés en Inde… Je n’avais plus mon pays natal, je n’étais plus reconnue… »

 « Je suis étudiante en 1ère année d’ergothérapie à la Haute École de Bruxelles et je parle encore une autre lange… C’était soit le français soit le néerlandais, et puis je suis seule… Ma maman et ma petite soeur, avec qui j’avais quitté le Tibet, sont restées en Inde. Ma mère voulait que je fasse des études pour un meilleur avenir. »

« Comme j’avais 15 ans en arrivant en Europe, j’ai été accueillie dans un centre pour mineurs. C’était dur, car il y avait plein de gens différents, alors qu’en Inde, j’étais avec des Tibétains. Et puis, il y avait le changement d’environnement. »

« À l’âge de 15 ans, j’avais déjà vécu au Tibet, en Inde et en Belgique ! »

« Au centre d’accueil, je me suis fait une amie, une Rwandaise. Elle est restée ma meilleure amie. J’ai aussi un cousin en Belgique, cela m’a un peu aidée… »

« Quand je contacte ma famille au Tibet, mes grands-parents, mes tantes…, je n’évoque pas le Dalaï-Lama ou tout ce qui est politique, pour ne pas les mettre en difficulté ou être interdite de retour dans mon pays, car les Chinois surveillent tout ! »

« J’ai accepté de vous témoigner, car cela me fait de la peine de ne pouvoir dire qui je suis réellement dans la vie courante. À côté de mon lieu de naissance, il est indiqué « Chine » au lieu de « Tibet »… »

« On enlève quelque chose de moi quand on dit que je suis née en Chine, que je suis Chinoise… »

« J’ai beaucoup d’espoir de retourner au Tibet, mais il faut être réaliste : la Chine est puissante et les autres pays ne vont pas se pencher sur le Tibet et cela ne va pas arriver de si tôt… »

L’auteur :

Pierre Guelff

Pierre GUELFF est journaliste, écrivain (Éditions Jourdan) et chroniqueur radio. À travers ses ouvrages, ses émissions et ses chroniques, il défend avec passion la Nature, les notions de « Terroir », de « Tradition »… À « Fréquence Terre », il anime “Littérature sans Frontières”, « Nature sans Frontières » et « La Nuit porte conseil ». Sur son site officiel retrouvez toutes ses émissions radio et tv (RTBF, VivaCité, TV5 Monde), ses ouvrages, sa biographie… Son site officiel
 Pour mémoire : Festival du Tibet : 
Considéré pendant des siècles comme une terre mythique, ce n’est que récemment que le Tibet, Pays des Neiges, s’est ouvert au monde extérieur et laisse entrevoir une richesse humaine et culturelle extraordinaire. Rituels et coutumes, objets d’art et de culte: ce 8ème Festival Culturel du Tibet se veut avant tout une occasion unique pour explorer traditions et expressions modernes tibétaines, dans le but de contribuer à la préservation de cette culture ancestrale et si inspirante.Organisé par l’asbl Zangdok Palri Lotus et en présence du lama Patrul Rinpoche, le Festival aura lieu pendant le weekend du 23 & 24 septembre 2017, dans le cadre magnifique du Parc Georges-Henri à Bruxelles.Tout au long de ces deux journées des artistes musiciens variés offriront leur plus belles mélodies sous le beau kiosque en bois, et un programme riche en animations vous sera proposé pour toute la famille: chants et danses traditionnels, un marché d’artisanat d’art équitable de l’Himalaya, des livres sur le Pays des Neiges et le bouddhisme tibétain, des ateliers créatifs comme la calligraphie tibétaine, et des activités pour les enfants. Sans oublier les plaisirs gastronomiques avec des spécialités culinaires préparées par nos cuisiniers tibétains, tels que les ‘momos’, raviolis farcis et cuits à la vapeur…

Toutes les activités se dérouleront en plein air, dans une grande tente en poils de yak et dans des tentes de fête telles qu’elles sont utilisées encore aujourd’hui par les nomades tibétains lors des grandes occasions festives.

Nous serons heureux de vous accueillir pour le Festival, venez nombreux !

Informations pratiques :
L’entrée est libre et gratuite.
Les animations se dérouleront toute la journée, le samedi de 12h à 17h, et le dimanche de 11h à 17h.
Les dégustations culinaires, vendues à prix démocratique, sont servies de 12 à 14 heures.
Les bénéfices de l’événement sont destinés aux projets éducatifs menés au Tibet par l’association Zangdok Palri Lotus.
Tout le monde est bienvenu à toute heure !�
Lieu du festival :
Parc Georges-Henri
1200 Woluwe-Saint-Lambert
(à 5 minutes à pied du métro Tomberg)

Contact : festival.culturel.tibetain@zangdokpalri.net
Tél : 0498 333 797
Organisé par Zangdok Palri Lotus asbl
www.zangdokpalri.net