Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

03/07/17 | 13 h 35 min

BRUXELLES : Pier Antonio Panzeri, Président du sous-comité pour les droits de l’homme du Parlement européen, exprime son inquiétude sur la situation grave des droits de l’homme au Tibet

L’organe du Parlement européen pour les droits de l’homme renouvelle son appel au dialogue sur le Tibet

Faisant suite à l’échec de l’UE à faire aboutir une déclaration sur la situation des droits de l’homme en Chine lors de la réunion en cours du Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève, le Parlement européen a publié une déclaration de presse le 22 juin, qui montre clairement que la question continue de préoccuper fortement le monde extérieur.

Entre autres, la déclaration publiée par Pier Antonio Panzeri, président du sous-comité pour les droits de l’homme du Parlement européen, exprime son inquiétude sur la situation grave des droits de l’homme au Tibet et appelle le gouvernement chinois à reprendre le dialogue sino-tibétain.

La déclaration souligne en particulier la destruction de l’institut bouddhique de Larung Gar, dans une zone tibétaine de la province du Sichuan, que les autorités chinoises ont commencé en juillet 2016, et la violation des droits fondamentaux au Tibet.

La déclaration dit : “Le sous-comité pour les droits de l’homme et le Parlement européen demeurent aussi très préoccupés par tous les cas et situations individuels, en particulier ceux auxquels les résolutions du Parlement font mention, dont Ilham Tohti, Liu Xiaobo, Hong Kong et l’école et le monastère bouddhiste de Larung Gar, et la situation grave des droits de l’homme au Tibet.

Nous renouvelons notre appel au gouvernement chinois à reprendre le dialogue avec les représentants du Dalai Lama. Un dialogue régulier et renforcé sur les droits de l’homme, sur un rythme et un mode bien établis, permettant une participation de haut niveau des deux parties, menant à des résultats tangibles, est dans l’intérêt des deux partenaires.”

La déclaration presse également l’UE et ses Etats membres de toujours aborder ces cas individuels et questions dans leurs échanges habituels avec leurs homologues chinois, y compris en dehors du dialogue sur les droits de l’homme, dont ceux sur le commerce et l’investissement.

(crédit photo : Lematin.ma) : 

Publié le 23 juin 2017 / (TibetanReview.net)