Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

24/04/17 | 12 h 00 min

CHAMDO ( TIBET ) : 200 familles de Tibétains en grande difficulté …car chassées de leurs foyers, sans aucune explication officielle …ni indemnité cependant promise

Dharamsala le 06 avril. Les autorités chinoises de la région de Chamdo dans le Tibet oriental ont ordonné, sans plus d’explication, à près de 200 familles tibétaines d’abandonner leur foyer pour permettre la mise en œuvre d’un programme gouvernemental.

Les familles du district de Dzogang, frappées de terreur, se sont vues intimer l’ordre de déménager, à leurs propres frais, vers des villes situées sur les rives de la rivière Gyalmo Ngulchu – connue également sous le nom de rivière Salouen – dans la région de Chamdo, d’après des informations rapportées par Radio Free Asia, le 04 avril dernier.

Une source anonyme citée par l’agence  déclarait  : « Les Tibétains vivant sur place pensent que des opérations d’exploitations minières ou d’autres projets du même genre ont été planifiés pour cette zone géographique, ce qui expliquerait l’ordre de déménagement forcé qui a été donné. Les familles contraintes au départ ont dû communiquer leur identité aux autorités ».

Comme si tout cela ne suffisait pas, les garanties d’indemnisation financière, qui avaient été précédemment données à ces familles – entre 12000 et 20000 Yuan, soit de 2176 à 2901 dollars américains – en échange de l’abandon de leurs foyers et des frais par elles assumés, ont été supprimées si l’on en croit la même source qui a par ailleurs ajouté que : « Cela a placé nombre de familles pauvres dans un état de précarité aggravé puisque, ne pouvant plus rester chez elles, elles devront faire face  aux frais de déménagement avec de l’argent qu’elles n’ont pas ».

En dépit des requêtes déposées par les familles concernées pour pouvoir rester chez elles, les ordres de relocalisation ont été donnés par les autorités.

Aucune explication concluante n’a été donnée aux habitants du district de Dzogang sur cette relocalisation forcée ordonnée par les autorités chinoises. Ceux-ci pensent pourtant que la construction d’un barrage hydro-électrique sur la rivière Salouen, d’une route ou un projet d’extraction minière ordonné par les autorités chinoises pourrait être à l’origine de cette opération.

L’extraction minière a pris de l’ampleur sur les rives de la Salouen, dont le cours traverse le district de Tsawa Dzogang, une rivière considérée comme sacrée par les Tibétains. Le 07 mai 2014, Phakpa Gyaltsen et Rigzin  se sont mortellement poignardés en signe de protestation contre l’extraction minière pratiquée sur place par les autorités chinoises.

Traduit de l’anglais par Eric Pegorer pour France-Tibet.

 Note de France Tibet : Ces déplacements de populations chinoises ou tibétaines ont été dénoncés et ilustrés dans le documentaire du réalisateur Yvon Boutet

Un extrait concernant cette façon inhumaine de traiter les habitants des régions concernées par ces grands travaux, que ces  travaux concernent le  détournement des fleuves du Sud – Tibet -,  vers le Nord – Désert de Gobi et Pékin, ou les exploitations minières .

Extrait du documentaire montrant la révolte de villageois chinois :

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19549635&cfilm=229883.html