Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

08/03/19 | 9 h 19 min par Zhou Xiaolu / Traduction France Tibet

Chine : Démolition des sites bouddhistes, des constructions légales devenues illégales

#RévolutionCulturelleSaison 2

Les autorités ont recours à des mesures répressives visant les constructions illégales pour lancer une campagne musclée de démolition des sites bouddhistes

Depuis que le Département du Front Uni du Travail (UFWD) de la province de Shaanxi au nord ouest de la Chine a publié un document classifié en juillet de l’an dernier à propos du « renforcement de la gestion de la normalisation des sites religieux » basé sur les commentaires du Comité Central, les autorités ont recours à des mesures répressives visant les constructions illégales pour justifier le lancement d’une campagne musclée de démolition des sites et statues religieux.

Et une fois encore, le peuple assimile cela à la Révolution Culturelle. Toutes sortes de temples – anciens, Taoïstes, Bouddhistes – sont détruits l’un après l’autre.

L’aspect primitif de l’entrée du palais du Roi Dragon.

Le 1er décembre 2018, l’entrée du palais du Roi Dragon du Monastère Bouddhiste du Bouddha de la Montagne Zhongnan de la ville de Xi dans le district du Chang’an au Shaanxi a été totalement rasé au prétexte qu’il s’agissait d’un bâtiment construit illégalement. En août, les autorités gouvernementales avaient publié « un arrêté de démolition sur motif de construction illégale » pour l’entrée du palais du Roi Dragon. Un mois plus tard, l’arrêté de démolition, qui était valable de septembre jusqu’en décembre, fut envoyé par les autorités gouvernementales.

Vidéo: Démolition de l’entrée du palais du Roi Dragon

Ceci s’est produit alors même que le monastère avait déjà obtenu l’accord des autorités locales pour l’édification de cette entrée, ce qui révèle des prétextes inventés par le gouvernement en faveur de la destruction qui ne sont rien d’autre qu’une manière de plus de s’attaquer à la religion, a déclaré un bouddhiste laïque. Il a également révélé que le supérieur du temple était renommé dans les milieux bouddhistes locaux et qu’il était même le représentant du Congrès Populaire National et Régional du Shaanxi, mais que lorsqu’il s’est opposé à la destruction du temple, il a été placé en résidence surveillée. Il n’a été libéré qu’après la destruction du temple après avoir reçu de la part des instances du Parti Communiste Chinois l’avertissement qu’il ferait mieux de consacrer sa foi au Parti.

La démolition de l’entrée du palais du Roi Dragon.

L’édification de l’entrée du palais a démarré en mai 2009, et comme les soubassements du temple étaient à l’origine le roc de la montagne nécessitant une somme considérable de travail manuel pour le nivellement, il a fallu 9 années de labeur, pour un coût de 30 000 000 RMB chinois (soit environ $4 463 000). Les fonds pour la construction émanaient des Dāna – une pratique d’offrandes bouddhiste – provenant de régions diverses.

L’entrée du palais du Roi Dragon après démolition.

« Depuis son ouverture au public, le palais du Roi Dragon a attiré d’innombrables pèlerins bouddhistes et touristes venus rendre leurs hommages, mais il n’a été officiellement ouvert que 6 mois avant d’être rasé, et nos pertes sont considérables, » ont déclaré l’homme bouddhiste.

Vidéo: L’entrée du palais du Roi Dragon après la démolition

 

Tandis que l’entrée du palais du Roi Dragon disparaissait, un autre temple souffrait de dommages considérables. Deux grandes statues placées à l’extérieur du Temple de Fer Bouddhiste dans le comté du Xixiang, placé sous la juridiction de la ville de Hanzhong dans le Shaanxi, étaient abattues en moins de deux mois.

Au début de novembre 2018, les autorités locales ont commencé à démolir la célèbre statue du « Bouddha aux Trois Visages » du Temple de Fer Bouddhiste.

L’aspect primitif de la statue du Bouddha aux Trois Visages.

« Les autorités ont exigé qu’on mette à profit le peu de temps dont on disposait et qu’on travaille jour et nuit, sans interruption, » a déclaré un membre du Temple de Fer Bouddhiste. Pendant la destruction de la statue, toutes les entrées du temple ont été condamnées avec des palissades de bambou et il était interdit aux touristes d’y pénétrer et de prendre des photos.

« La destruction de la statue du Bouddha a été effectuée dans le plus grand secret. Les gens qui travaillaient sur le chantier de démolition n’avaient pas le droit d’en parler à leur famille, et si quelqu’un divulguait l’information, il était arrêté et jeté en prison. Des membres haut placés du gouvernement visitaient le chantier chaque jour pour inspecter et accélérer l’exécution rapide [du projet], » a révélé un moine de la région.

La statue du Bouddha aux Trois Visages en cours de démolition, et les fragments de la structure éparpillés sur le sol.

Des témoins ont révélé qu’un homme d’affaires qui avait soutenu la construction du Temple de Fer Bouddhiste, a offert 2 0000 000 RMB chinois (environ $300 000) en échange du maintien de la statue du Bouddha aux Trois Visages, mais que l’offre a été repoussée par le gouvernement.

La démolition de la 2ème statue de Bouddha du temple a commencé en décembre 2018, et au bout de 5 jours il ne restait plus que la base de cette icône religieuse.

L’aspect primitif de la statue de Bouddha au Temple de Fer Bouddhiste.

La statue du Bouddha en cours de démolition.

« Peu importe l’argent qu’ils donnent, cette campagne de démolition est exécutée sur l’ordre de Xi Jinping. Et nous devons obéir, » a déclaré un membre du gouvernement.

Traduction Laura Stern pour France Tibet.