Le gouvernement devrait notamment mettre fin à la détention et au harcèlement de personnes qui souhaitent commémorer cet anniversaire, accepter de rencontrer des survivants et des membres de leurs familles, et libérer Yu Shiwen, un activiste détenu depuis juillet 2014 après avoir tenté de commémorer l’anniversaire du massacre.

« Les autorités chinoises ont le devoir de rendre justice aux survivants du massacre de Tiananmen et aux membres de leurs familles », a déclaré Sophie Richardson, directrice de recherches sur la Chine à Human Rights Watch.

À l’occasion du  27e anniversaire des événements du 4 juin 1989, Human Rights Watch a appelé le gouvernement chinois à prendre plusieurs mesures :

  • S’engager à respecter les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique ;
  • Mettre fin au harcèlement et à la détention arbitraire de personnes qui contestent la version officielle des événements du 4 juin 1989;
  • Participer à une rencontre avec les membres de l’organisation Tiananmen Mothers(« Mères de Tiananmen ») et leur présenter officiellement des excuses ;
  • Autoriser l’ouverture d’une enquête publique et indépendante sur les événements du 4 juin 1989, et rendre les résultats publics ;
  • Autoriser le retour des citoyens chinois qui sont toujours en exil en raison d’activités liées aux événements de juin 1989;
  • Enquêter sur le rôle des hauts responsables du gouvernement et de l’armée ayant planifié ou ordonné l’utilisation illégale de la force meurtrière contre des manifestants pacifiques ; et
  • Publier les noms de toutes les personnes tuées en juin 1989.

 

Communiqué intégral en anglais :

https://www.hrw.org/news/2016/06/01/china-tell-truth-about-tiananmen-anniversar