Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

23/11/17 | 10 h 27 min

La Chine envisage de détourner le Brahmapoutre au péril de l’Inde et du Bangladesh …

En l’absence d’un traité de partage des eaux entre la Chine et les pays en aval comme l’Inde et le Bangladesh sur la puissante rivière Brahmapoutre, le plan ambitieux de la Chine pour détourner la rivière transfrontalière ne peut que nuire à l’environnement géographique ainsi qu’aux relations bouillonnantes entre les géants asiatiques.

Les ingénieurs chinois testeraient des techniques qui pourraient être employées pour construire un tunnel de 1 000 km afin de détourner l’eau du Tibet vers le Xinjiang, une région désertique du nord-ouest de la Chine. Le projet prévoit de détourner le Yarlung Tsangpo – tel qu’il est connu dans le Tibet occupé – vers le désert de Taklamakan au Xinjiang occupé et s’il est achevé, ce sera le plus long tunnel du monde.

Le journal South China Morning Post a déclaré, citant Zhang Chuanqing, chercheur à l’Institut de Mécanique du Sol et de la Roche de l’Académie des Sciences de Chine,  que le tunnel de 600 km dans la région du Yunnan en Chine est un « projet de démonstration » et apportera des réponses à la faisabilité du projet proposé sur le Brahmapoutre. Un ingénieur qui fait partie du projet a dit que le projet transformerait le stérile Xinjiang en Californie.

Détourner une rivière aussi énorme avec une zone de drainage de plus d’un demi-million de kilomètres carrés, aura des conséquences environnementales préoccupantes, en particulier pour les pays en aval, tels que l’Inde et le Bangladesh, qui dépendent fortement du fleuve.

Ces développements pourraient entraver davantage les relations délicates entre l’Inde et la Chine qui viennent à peine de se remettre d’une confrontation militaire dans le Doklam. Le projet pourrait, selon des experts, contribuer à intensifier les tensions dans le statu quo géopolitique de la région.

Les écologistes ont exprimé leurs inquiétudes concernant le barrage excessif de la Chine et les travaux  imprudents de  développement des rivières qui proviennent du Tibet occupé, comme le barrage de Zangmu de 512 MW.

Le Tibet, connu sous le nom de «château d’eau de l’Asie», fournit de l’eau douce à près de 2 milliards de personnes.

Traduction France Tibet