Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

13/04/17 | 21 h 58 min par Vivienne

La Chine et l’Inde, en concurrence pour l’inscription de la médecine tibétaine sur la liste du patrimoine de l’UNESCO…

La Chine et l’Inde ont déposé des candidatures concurrentes pour que la médecine tibétaine soit incluse à la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Les experts chinois estiment que les communautés de « Tibétains en exil » en Inde ne permettront pas au dossier indien de l’emporter.

Un haut fonctionnaire du ministère de la Culture de l’Union indienne a déclaré au journal Indian Express que « l’Inde prépare ce dossier de candidature sur la médecine tibétaine de Sowa-Rigpa depuis de nombreuses années, il a maintenant été soumis à l’UNESCO pour examen ».

L’Inde a déposé sa demande en mars, selon l’article.

La Chine considère le Tibet comme une partie inséparable et un « intérêt central » du territoire national. Elle a critiqué l’Inde à plusieurs reprises pour avoir accueilli le 14e Dalaï Lama, considéré comme séparatiste par la Chine, à « Arunachal Pradesh », appelé Tibet du Sud en Chine.

« Le système de médecine tibétaine est né au Tibet et s’est développé sur le plateau Qinghai-Tibet dans le nord-ouest et le sud-ouest de la Chine », a observé Qin Yongzhang, ethnologue de l’Académie chinoise des sciences sociales.

M. Qin a déclaré que les communautés « tibétaines en exil » en Inde contribuent éventuellement à pratiquer et diffuser la médecine Sowa-Rigpa en Inde, et affirmeront peut-être que le système de médecine a été transmis et s’est développé en Inde pour aider la candidature du pays à l’emporter.

L’Inde a décidé de déposer un dossier sur le Sowa-Rigpa pour accroître son influence, faire avancer la confiance en ses effets et en bénéficier financièrement, selon M. Qin, qui affirme que « la réalité est que la médecine tibétaine n’est pas seulement originaire de Chine, elle s’est développée en Chine ».

M. Qin a noté que des milliers de variantes de la médecine tibétaine proviennent des provinces chinoises du Qinghai, du Sichuan et du Yunnan, et que les hôpitaux de médecine tibétaine sont présents dans toute la Chine, avec un volume considérable de publications médicales ces dernières années.

La Chine a accéléré le développement de la médecine et de la pharmacologie tibétaines. Le Conseil d’Etat a nommé le système de médecine tibétaine dans le premier lot d’inscriptions au patrimoine culturel immatériel du pays en mai 2006.

L’UNESCO examinera les dossiers des deux pays lors de sa prochaine session prévue en 2018.

« En 2007, la production de médicaments tibétains a atteint une valeur de 660 millions de yuans (96 millions de dollars), avec des ventes représentant 450 millions de yuans », indique un communiqué officiel du Bureau d’information du Conseil d’Etat publié en septembre 2008.

« Des médicaments tibétains sont vendus dans d’autres régions de Chine et à l’étranger », ajoute le document.

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Par : Vivienne 
 Illustration Thangka de médeccine tibétaine  :
Par Sangye Gyamtso — Gyurme Dorje, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=5964195