Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

11/10/17 | 10 h 35 min par Yeshe Choesang

La Chine proclame avoir construit la plus belle autoroute du Tibet

Les 409 kilomètres de l’autoroute Lhasa-Nyinchi débutent au nouveau district de Liuwu à Lhassa et se termine à Bayi Twon à Nyingchi.

Revendiquant cette route comme la plus belle route du Tibet, les média d’Etat chinois ont rapporté qu’une voie express reliant Lhassa et Nyinch – ville proche de la frontière de l’Arunachal Pradesh en Inde – avait été ouverte dimanche 1er octobre 2017. Ces deux villes sont les municipalités les plus importantes et présentent les attractions touristiques majeures de la « Région Autonome du Tibet » (RAT).

Les 409 kilomètres sans péage de cette autoroute ont réduit le temps de voyage entre ces deux villes, passant de 8 à 5 heures de route à la vitesse limitée à 80 km/h. Le coût de la construction reliant ces deux villes importantes se situe aux alentours de 8,8 milliards de dollars. L’agence Xinhua a stipulé que « les camions avaient pour l’instant l’interdiction d’utiliser cette route. »

La majorité des autoroutes au Tibet sont construites pour servir aux équipements militaires, donnant un avantage à l’armée chinoise pour déployer ses troupes et son arsenal plus rapidement, selon des rapports médiatiques indiquant que « le développement massif des infrastructures au Tibet pousse aussi l’Inde à accélérer les constructions de son côté. »

Un autre rapport fait quant à lui l’éloge de l cet ouvrage : « En tant qu’autoroute la plus longue de la RAT, l’autoroute haut de gamme Lhassa-Nyingchi ressemble à un grand rouleau dévoilant un spectacle. Les villages clairsemés, les cultures en terrasse, les zones humides, les rivières, les forêts et les précipices forment une image dynamique le long de l’autoroute. »

Les 409 kilomètres de l’autoroute Lhasa-Nyinchi débutent au nouveau district de Liuwu à Lhassa et se termine à Bayi Twon à Nyingchi. Le projet a débuté en 2013. Deux sections d’une longueur totale de 218 kilomètres, incluant les sections Lhasa-Mozhugongka et Bayi Town-Gongbo’gyamda étaient  terminées en septembre 2015. Les sections finales ont été bouclées l’année dernière et toutes les portions ont été reliées le 30 juin 2017. Les autorités chinoises clament que « le transport constitue le système veineux de l’économie du Tibet et le fondement de la société. »

Les rapports indiquent aussi que « l’autoroute haut de gamme Lhassa-Nyingchi est une portion vitale de la G318 qui connecte les régions inhabitées du Centre et de l’Est du Tibet et les relient aux régions du sud-ouest. »

« L’autoroute haut de gamme Lhassa-Nyingchi est aussi un projet majeur dans le développement des transports au Tibet, disent-ils, elle a accéléré le développement du Tibet en le reliant au cercle économique Chengdu-Chongqing. »

La frontière indo-tibétaine, du col de Karakoram au Ladakh jusqu’au Jachep La en Arunachal Pradesh couvre 3488 kilomètres sur lesquels s’étendent des avant-postes alors que l’altitude s’élève de 2700 jusqu’à 5700 mètres.

Le Tibet a été envahi par le régime communiste chinois depuis 1949. Depuis cette époque et en conséquence directe de cette invasion, plus d’1,2 millions sur les 6 millions de Tibétains sont morts. Lors de cette occupation continue du Tibet, plus de 6000 monastères ont été pillés et détruits. Des crimes contre l’Humanité et un véritable génocide ont lieu : meurtres, massacres, tortures, viols, famines, privations extrêmes, marche forcée, esclavage, violence brutale et exterminations. Le Parti Communiste continue d’appeler cela une « libération pacifique » et continue de clamer que « les Tibétains vivent désormais dans un paradis socialiste maoïste. »

Dharamsala, Inde.

Traduction de l’article de Yeshe Choesang pour Tibet Post International, du 4 octobre 2017