Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

11/04/17 | 12 h 30 min

« La Chine utilise l’ULFA » comme pion pour protester contre le Dalaï Lama, rapporte un expert des relations Chino – Indiennes.

Claude Arpi

Le chef auto proclamé de l’ULFA, un groupe considéré comme extrémiste par le gouvernement indien, a publié une lettre ouverte au Dalaï Lama dans laquelle il l’invite à éviter toute mauvaise parole envers la Chine à Assam où il doit se rendre cette semaine. Cette lettre a en fait tous les aspects d’un jeu géo politique de bien plus grande envergure nous assure Claude Arpj, écrivain et spécialiste de l’armée et de la défense Chinoise, qui ajoute « il est certain que la Chine tire les ficelles derrière l’ULFA » pour exprimer des objections et des critiques à l’encontre du leader tibétain.

Abhizeet Asom ou Abhijit Barman, le chef de l’ULFA (United Libération Front of Assam, le Front Uni pour la Libération d’Assam), groupe listé comme appendice terroriste a prévenu le lauréat du prix Nobel de 1989 en ces termes « Vous ne prononcerez aucune idée nocive à la Chine, ni en privé ni en public, car la Chine a toujours été une nation voisine amicale et que la relation liant Assam et la Chine s’enracine aussi bien dans la langue que dans l’héritage culturel des deux nations. Nous ne tolérerons pas que le point de vue de l’Inde soit propagé depuis le sol d’Assam. »

Abhizeet Asom poursuit en exhortant le Dalaï Lama à limiter ses efforts pour raviver la flamme de l’héritage du bouddhisme à Assam et lui recommande de considérer sa visite comme « une opportunité en tant qu’ambassadeur de la paix de faire quelque chose de marquant, un legs ». Le leader fugitif en exil à Londres continue en qualifiant la décision du Dalaï Lama de se rendre à Tawang zone voisine d’Arunachal Pradesh malgré les protestations de Beijing qualifiant cette visite de « peu judicieuse », zone indienne mais revendiquée par la Chine.

Claude Arpi qui a toujours té une voix importante et indépendante au sujet des relations entre la Chine, l’Inde et le Tibet a confié au journal Phayul que la lettre est sans doute une demande cachée de la Chine. « Si vous prêtez attention au style de rédaction de la lettre de ce gentilhomme (Abhizeet Asom) vous remarquerez que beaucoup de tournures de phrases sont typiquement chinoises. Le fait même que l’auteur de cette lettre avance que le conflit entre la Chine et l’Inde de 1962 ait été causé par une agression de la part de l’Inde est la version chinoise des faits, il ne fait donc aucun doute que l’ULFA n’est que l’outil de la Chine » analyse Arpi.

Les renseignements militaires nous informent que l’ULFA a été repoussée jusque profondément dans le territoire chinois, près de la frontière entre la Chine et la Birmanie. Le commandant en chef Paresh Baruah, condamné à mort par la justice du Bangladesh s’est réfugié dans le Yunnan où il a pu établir des camps d’entraiment pour agir dans le Yunnan.

En approfondissant la question, Claude Arpi ajoute que les deux nations œuvrent pour leurs intérêts essentiels, l’utilisation par Pékin de la carte « Dalaï Lama » pour en fait masquer ses intentions ou les réelles sources de perturbations de la zone, tandis que l’Inde a toujours montré une constance dans ses relations avec le Dalaï Lama car elle le considère comme « un invité d’honneur » depuis son exil le 31 Mars 1959.

« Que ce soit le Congrès (Congrès National de l’Inde) ou le parti Bharativa Janata, la position du gouvernement indien n’a jamais changé quant à l’accueil en Inde du Dalaï Lama en tant qu’invité d’honneur. La Chine peut donc s’agiter autant qu’elle veut, le Dalaï Lama sera toujours libre de ses mouvements en Inde et cela ne saurait altérer le point de vue du gouvernement Indien » poursuit Arpi.

Le leader spirituel octogénaire du Tibet devait visiter Assamet Arunachal Pradesh à partir du 1er avril. Le Dalaï Lama qui se décrit lui-même comme un « fils de l’Inde » donnera des conférences à l’Université de Dibrugarh pour entre autres présenter ses mémoires intitulées « Ma Terre et Mon Peuple » traduit en Assamais et enseignera à Tawang. À la suite de la réception de cette lettre de l’ULFA qui recherche l’indépendantisme d’Assam, tous les districts ont été mis en alerte en amont de la visite du leader Tibétain.

Traduction France Tibet