Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

30/03/18 | 13 h 21 min par colonel à la retraite Vinayak Bhat @rajfortyseven / Traduction France Tibet

La « Chubby Girl » donne à la Chine une longueur d’avance sur l’Inde.

Vinayak Bhat/ThePrint

Des images satellite montrent le Y-20, le nouveau transporteur stratégique chinois, construit en nombre.

La Chine développe sa production du transporteur militaire aérien, le Y-20. De récentes images satellite montrent la construction de six avions à différentes étapes d’avancement sur la plate-forme de correspondance aéroportuaire de Yianlang.

Le nom de code du transporteur de production chinoise est « Kunpeng », un oiseau mythologique qui pouvait voler des dizaines de milliers de kilomètres sans s’arrêter, il est aussi surnommé « chubby girl ». Dessiné et produit par une entité du gouvernement, Aviation Industry Corporation (AVIC), le grand porteur possède une forme et une taille proche du transporteur russe IL-76, utilisé en nombre important par l’Inde.

La différence essentielle réside dans la queue de l’avion. Cette partie du Y-20 ressemble au C-17 Globemaster de l’US Air Force, un autre modèle possédé par les forces aériennes indiennes.

Etant donné son fuselage large, l’avion pourrait être conçu pour une charge de 200 tonnes afin de transporter des troupes ou du matériel. Des rapports précisent que le Y-20 peut être converti pour transporter du matériel militaire et le ravitaillement en vol, renforçant la puissance nationale chinoise.

Les performances de l’avion, tout particulièrement en conditions météorologiques difficiles, font de  « chubby girl » ( la rondelette demoiselle )  le transporteur idéal en cas de catastrophes naturelles et d’opérations humanitaire.

First Flight

Vinayak Bhat/ThePrint

Le Y-20 Kunpeng, supposé améliorer la puissance de tir de la stratégie chinoise, s’est envolé pour la première fois le jour de l’an 2013. L’envol à l’aéroport Xi’an Yanliang a été enregistré par la technologie satellitaire.

Mise en service

Les deux premiers avions ont été livrés à Qionglai en juin 2016, au 12ème Régiment aéroporté de la 4ème division de transport. L’avion a été officiellement remis à l’Armée de l’Air de Libération du Peuple (PLAAF) la première semaine de juillet 2016 lors d’une cérémonie en grande pompe à Yanliang.

Une image satellite de décembre 2017 montre qu’au moins trois autres avions ont rejoint le régiment. Les dernières images de février 2018 montrent six avions à différentes étapes sur la chaîne de production. L’imagerie suggère qu’au moins quatre avions sont prêts à être livrés à la base aérienne de Qionglai.

Vinayak Bhat/ThePrint

Exercices stratégiques aéroportés

Qionglai était une base aérienne d’importance stratégique quand la PLAAF a conduit, en novembre 2012, son premier exercice à grande échelle afin de mener des opérations simultanées de plusieurs avions depuis la piste de l’aéroport.

Vinayak Bhat/ThePrint

La base aérienne est située à 650 Km de la frontière indienne. Un récent exercice a été conduit au-dessus du Tibet la première semaine de juin 2017 pour tester ses capacités aéroportées. L’exercice a eu lieu à peine dix jours avant le conflit dans le Doklam.

Le Futur

Des rapports de l’Internet chinois suggèrent que la Chine pense à modifier certains de ces avions en ravitailleurs pour augmenter le rayon de vol des H-6U et des IL-78. Toutefois, la Chine doit maîtriser la technologie des cônes de ravitaillement nécessaires à une manœuvre aérienne efficace.

Des essais ont été vus lors de quelques salons de l’aéronautique mais ils n’ont jamais été observés en situation réelle. Un progrès soudain de sa stratégie de transport renforcerait grandement les capacités aéroportées de la Chine. Cela agirait comme une force exponentielle dans toutes les opérations futures de la PLAAF. De plus, la situation stratégique de la base aérienne de Qionglai donne à la Chine une supériorité aérienne contre l’Inde.