Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

07/07/16 | 14 h 00 min

Cinq manifestants tibétains sont détenus au lac Qinghai dans une « démonstration de force » des autorités chinoises

Carte montrant l’emplacement du comté Chabcha dans la province du Qinghai en Chine. RFA

La police chinoise est descendue en force vendredi 24 juin sur un site de protestation tibétain près du lac Qinghai, arrêtant cinq manifestants le lendemain d’une agression par les autorités sur les villageois tibétains qui avait fait huit blessés graves, évoquent des sources locales.

Les cinq manifestants ont été placés en détention sans explication aux alentours de 8h, heure locale, le 24 juin, rapportait un résident tibétain de la région au service tibétain de RFA.
« Une importante force de sécurité chinoise est arrivée dans trois gros véhicules bondés de policiers et 20 autres véhicules transportant des haut-fonctionnaires non identifiés », a déclaré la source de RFA, parlant sous couvert d’anonymat.

Les cinq manifestants ont été immédiatement arrêtés, indique la source, en nommant quatre de ceux mis en en garde à vue comme étant Lhachen Kyab, Jigje Delek Gyatso, Rinchen Bum, et une femme nommée Tashi Drolma.

Tous les cinq étaient des résidents des villages de Karla et Dose du canton de Trelnak dans le comté Chabcha (en chinois, Gonghe) de la province du Qinghai,selon cette source.
« Ils ont été emmenés sans qu’aucune raison ou document ne soient présentés », a-t- il dit.
« Ce fut une pure démonstration de force et d’intimidation ».

D’autres arrestations pour avoir photographié la répression

Après un assaut de la police sur les manifestants la veille dans lequel huit ont été sévèrement battus, un nombre inconnu de Tibétains a également été emprisonné « pour des soupçons de prise de photos de la répression chinoise », a déclaré la source.

L’attaque a fait suite à une demande des autorités le 21 juin où les Tibétains gérant des petites entreprises près du lac Qinghai devaient démolir leurs magasins, maisons d’hôtes, logements personnels et quitter la zone, ont déclaré les sources dans les rapports précédents.

Les structures, considérées comme «illégales» par les autorités, avaient été construites pour répondre aux touristes visitant le tronçon pittoresque du lac, selon les sources.
Plusieurs centaines de propriétaires d’entreprise ont ensuite réalisé une marche de protestation le long d’une route qui fait le tour du lac, « mais les autorités ne les ont pas écoutés », a déclaré une source.

« Au lieu de cela, les forces de sécurité ont attaqué les Tibétains, blessant plusieurs d’entre eux. »
« Accaparation des terres, destruction des propriétés et exploitation de l’environnement sont devenues des sources de conflits de plus en plus fréquents entre les Tibétains et les autorités locales au cours des dernières années », déclarait, ce 23 juin, Eleanor Byrne-Rosengren le 23 juin, directrice de l’association Free Tibet basée à Londres.
« Les Tibétains continuent à défendre leurs droits, en même temps que leurs griefs au sujet de la domination chinoise ne cesse de grandir», a déclaré Byrne-Rosengren.

 

Rapporté par Kunsang Tenzin pour le service tibétain de RFA. Traduit par Karma Dorjee. Rédigé en anglais par Richard Finney.

Traduction France Tibet