La quantité de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a atteint l’an dernier un nouveau record, à 405,5 millions de parties par million (ppm), contre 403,3 millions un an plus tôt, et rien n’indique une inversion de tendance.

Ces chiffres donnés par l’Organisation météorologique mondiale dans son bulletin annuel sur les émissions de gaz à effet de serre, ont fait dire à son secrétaire général Petteri Taalas que « sans réduction rapide du CO2 et des autres gaz à effet de serre, le changement climatique aura des conséquences de plus en plus destructrices et irréversibles pour la vie sur Terre. La fenêtre d’opportunité pour agir est pratiquement refermée ».

Ce que les données concernant les émissions de CO2 par pays montrent, c’est la disparité entre pays. Parmi les 20 plus gros pollueurs, on trouve la Chine, très largement en tête.  Depuis 2005, l’Empire du Milieu est dans une tendance exponentielle sur son émission de gaz carbonique.

L’Union européenne et les États-Unis sont les seuls à observer une véritable réduction de leurs émissions. La Russie et l’Inde, s’ils font partie des cinq plus gros pollueurs du monde, n’en restent pas moins, dans ce classement, très en-dessous des trois autres.

image : La cité interdite à Pékin, noyée dans un nuage de pollution en octobre 2018

© AFP / Nicolas Asfouri