Mais si le quotidien s’en tient à son style guindé et factuel habituel, l’ampleur du traitement donné à l’événement est en lui-même une célébration de sa nouvelle stature internationale – pas d’éditoriaux ni de commentaires. Le reste de la page est aussi consacrée au voyage de Xi, avec ses rencontres avec le roi de Belgique et le président ukrainien.

L’organe du PCC ayant donné le ton, celui de la Ligue de la jeunesse, le Zhongguo Qingnian Bao, n’est pas en reste. Il choisit de mettre l’accent sur le “nouveau modèle de croissance économique mondiale”.

“Par son discours, Xi Jinping montre comment la Chine prend ses responsabilités”, écrit à sa suite le quotidien officiel pékinois Huanqiu Shibao. “Le développement de la Chine est une chance pour le monde, une guerre commerciale serait néfaste pour les deux parties”, affirme le quotidien, avant de se lancer dans une revue de presse mondiale des réactions au discours du dirigeant chinois.

Le protectionnisme : une “chambre noire”

À Canton, le quotidien du Parti de la province du Guangdong suit le mouvement. “Le développement de la Chine est une chance pour le monde”, titre le Nanfang Ribao, avant de consacrer plusieurs pages intérieures à l’événement, et de reprendre le discours de Xi Jinping en intégralité.

“Le commerce mondial ne doit pas être accusé de tous les malheurs du monde”, lui répond en écho le South China Morning Post. Le quotidien hongkongais, qui publie la traduction intégrale en anglais du discours, met en exergue cette citation du dirigeant chinois : “Ceux qui poussent au protectionnisme s’enferment eux-mêmes dans une chambre noire. Ils échappent à la pluie et aux nuages, mais manquent d’air et de lumière.”

 Image: Le président chinois Xi Jinping pendant son allocution au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, le 17 janvier 2017. Ruben Sprich/REUTERS
Agnès Gaudu