Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

22/01/18 | 10 h 08 min par COLONEL à la retraite VINAYAK BHAT

De nouveaux ennuis pour l’Inde : La Chine revendique continuer d’occuper militairement le nord du Doklam

Vinayak Bhat/ThePrint

Mise à jour le 22 janvier 2018 :

La Chine, par la voix Lu Kang, porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères, réponds aux observations des images satellite dans le Doklam :

 » Je ne sais pas qui possède ce genre de photos. Je ne connais pas le détail de ces informations,  » répond Lu Kang quand les journalistes lui demande de commenter les images-satellite.

 » Les choses doivent être claires. Donglong (Doklam) appartient depuis toujours à la Chine et est toujours sous juridiction chinoise. A ce sujet, il n’y a pas de contentieux. »

 » La Chine exerce sa souveraineté sur son propre territoire. C’est justifié et légitime. De la même manière que la Chine ne commentera pas la constructions indienne d’infrasctructures sur le territoire indien, nous espérons que les autres pays ne feront pas de commentaires sur les constructions chinoises d’infrastructures sur son territoire. »

Commentaires reccueillis par IndiaTV

Le 19 janvier 2018

De nouvelles images montrent la proximité de l’Armée de Libération du Peuple (ALP) avec le point de face à face sino-indien de l’été 2017 et que les troupes chinoises ne sont pas moins nombreuses, comme l’avait pourtant déclaré la semaine dernière le Général en Chef de l’Armée Indienne, Bipin Rawat.

New Delhi : Comme le montrent des images satellitaires obtenues par ThePrint, presque cinq mois après l’accord sino-indien pour mettre fin aux tensions militaires dans la région du Doklam, Pékin a quasiment pris le contrôle complet de la partie nord du plateau source de dispute.

Les nouvelles images montrent des postes militaires en béton, sept héliports, de nouvelles tranchées et plusieurs douzaines de véhicules blindés à proximité de la position où eut lieu, l’année dernière pendant 72 jours, la confrontation entre les troupes de l’Armée Indienne et de l’ALP.

La découverte arrive quelques jours après la déclaration du Général en Chef Bipin Rawat affirmant que la Chine avait toujours des troupes dans le Nord-Doklam mais que leurs effectifs diminuaient.

Toutefois, des images satellitaires datées du 10 décembre 2017 montrent une Chine bien installée dans la zone de conflit larvé, avec du matériel conséquent de construction d’infrastructures routières toujours sur place.

Le conflit avait débuté alors que des troupes indiennes avaient empêché des ouvriers chinois, accompagnés par l’ALP, de finir une route qui leur aurait donné un accès rapide au Sud Doklam. Le plateau du Doklam est une frontière contestée entre le Bouthan et la Chine, avec [ très proche ], l’Inde ayant un intérêt stratégique à maintenir cette zone démilitarisée.

Ce sont les premières images qui montrent l’extension chinoise au Doklam – et indiquent sûrement un déploiement permanent de l’ALP – maintenant une capacité à reprendre rapidement le projet routier contesté.

L’état des forces en présence

L’ALP occupe chaque coin et recoin, si ce n’est chaque centimètre, de la partie nord du plateau. Les images de Google Earth montrent clairement un grand nombre de troupes et d’équipements dans une structure semi-permanentes camouflée.

Il y a au moins un régiment mécanisé complet avec des véhicules d’infanterie légère ou des chars ZBL-09 IFV. Il y aussi une forte présomptions sur la présence d’un autre régiment mécanisé sous des filets de camouflage.

/> Vinayak Bhat/ThePrint />
Deux zones principales de parking pour les véhicules blindés de transport ont été observées, ce qui suggère l’utilisation de ces derniers pour le transport de petits véhicules. Au total, il y a l’équivalent de deux régiments de véhicules blindés de transport sur le plateau du Doklam.

Il y a plus d’une centaine de véhicules de transports de troupes et d’équipement, ce que les militaires appellent des « B-vehicles ».

Au moins quatre grands bulldozers et quatres camions-bennes ont été observés, ce qui démontre un intention claire de continuer la construction de la route, au-delà de la limite de contestation.

Il semble qu’un grand nombre de troupes se maintiennent sous des tentes et un très bon camouflage, mais pas assez bon pour ne pas être remarqué sur les images satellitaires.

La tour d’observation

Il existe une très haute tour d’observation, d’au moins deux étages, construite en ciment et positionnée à moins de 10m de la première tranchée indienne.

Vinayak Bhat/ThePrint>

La hauteur de cette tour suggère qu’elle permet l’observation de l’entière vallée de Gnathang, de Kupup à Zuluk. Les mouvements de l’armée indienne derrière Kupup peuvent aussi être nettement observés par l’ALP.

De nouveaux postes militaires

Un grand nombre de postes militaires ont été installés sur presque chaque butte au nord du plateau du Doklam. Ces postes sont composés de doubles tranchées de communication installées pour une défense performante.

De nombreuses zones ont été creusées, possiblement pour installer plus tard des troupes sous un camouflage. L’une d’entre elles est plutôt large, suggérant que l’ALP construira bientôt une très grande tour d’observation.

Des héliports

Au moins sept nouveaux héliports ont été construits avec une piste d’atterrissage en forme de cercle. Le diamètre de l’héliport mesure 25m., suggérant que les plus grands des hélicoptères de l’ALP seront capables d’atterrir ici.

Vinayak Bhat/ThePrint 

Routes en construction

De nouvelles routes ont été construites pour couvrir le Nord Doklam. Des travaux sont en cours pour agrandir des routes existantes. La plupart des routes communiquent avec des tranchées qui les suivent en parallèle.

Le colonel Vinayak Bhat est un vétéran du renseignement militaire indien avec une grande expérience dans l’analyse des images satellitaires. Il a travaillé comme interprète du chinois, est spécialiste de l’ALP et des forces armées pakistanaises. @rajfortyseven