Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

12/03/18 | 15 h 35 min par Kashag / Traduction Tibet communication

Déclaration du 59ème anniversaire du soulèvement national tibétain par le président de l’administration centrale tibétaine

10 Mars 2018

Il y a cinquante-neuf ans, en ce jour à Lhassa, la capitale du Tibet, des milliers de Tibétains formaient une chaîne humaine massive autour de Norbulingka, le palais d’été de Sa Sainteté le Dalaï Lama, pour le protéger ainsi que leur pays.. Des Tibétains de toute l’échelle sociale, unis par l’indomptable esprit tibétain, ont organisé un soulèvement provocateur, mais pacifique et historique contre l’occupation forcée et illégale du Tibet par la République populaire de Chine.. Dans les jours et les semaines qui ont suivi, l’armée chinoise a brutalement réprimé le soulèvement pacifique qui a entraîné la mort de milliers de Tibétains. . Nous sommes ici aujourd’hui dans le même esprit pour commémorer le 59ème anniversaire du Jour du soulèvement national tibétain et pour commémorer et honorer tous les Tibétains qui ont sacrifié leur vie pour la lutte de notre nation pour la liberté.

. Malgré la répression continue et accrue, les Tibétains au Tibet ont exprimé avec une conviction inébranlable leur résistance contre les politiques répressives du gouvernement chinois.. Nous avons assisté à une série continue de manifestations pacifiques au cours des cinq dernières décennies, dont les faits saillants sont les manifestations de 1987, 1988, 1989 et 2008.

 Cette année marque également le 30ème anniversaire de la protestation de 1988 et le 10ème anniversaire des soulèvements pan-tibétains en 2008 dans lesquels les Tibétains ont lancé un appel à la liberté, exprimant ainsi leurs griefs légitimes et sincères contre l’occupation continue du Tibet par la Chine. Des rapports récents indiquent une accumulation massive de forces militaires et de sécurité au Tibet, en particulier dans la capitale Lhassa.

Depuis l’occupation du Tibet, le gouvernement chinois a continuellement soumis les Tibétains à de vastes politiques répressives. . Le rapport de Freedom House de 2016 et 2017 a classé le Tibet comme le deuxième pays le moins libre après la Syrie et pire que la Corée du Nord, le Soudan du Sud et l’Erythrée. Reporters sans Frontières a également déclaré que le Tibet est plus difficile d’accès que la Corée du Nord.

Compte tenu des politiques radicales du gouvernement chinois, 162 Tibétains, jeunes et vieux, moines et nonnes, nomades et paysans des trois provinces du Tibet se sont immolés depuis 2009 pour demander la libération des Tibétains et le retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama à Tibet. Il y a trois jours à peine, Tsekho Tugchak, Tibétain dans la quarantaine de Ngaba, s’est immolé au Tibet.  Les manifestations incessantes au Tibet sont le résultat de la violation des droits politiques, religieux, culturels et environnementaux du peuple tibétain.

 Le mois dernier, le gouvernement chinois a mis en œuvre les soi-disant «Règlements sur les affaires religieuses» révisés qui visent à contrôler la liberté religieuse globale au Tibet.

. Human Rights Watch a récemment annoncé la nomination de quelque 200 cadres du Parti Communiste et de responsables laïques athées pour contrôler la gestion de Larung Gar. . Depuis 2016, Larung Gar, la plus grande académie bouddhiste du Tibet, a été démolie et la taille des moines et des nonnes a été réduite de moitié. Yachen Gar, Yachen Gar, le plus grand couvent du Tibet, est démoli et les nonnes sont expulsées alors que nous parlons.

La récente nouvelle tragique de l’incendie du 17 février au Jokhang, à Tsuklagkhang, le sanctuaire le plus sacré du monde bouddhiste tibétain et un site du patrimoine mondial de l’UNESCO, est une grande tristesse pour les Tibétains et les bouddhistes du monde entier.. Des dégâts importants et des pertes ont été signalés en raison de la combustion de dizaines de statues précieuses, de centaines d’artefacts et de thangkas et de peintures murales. Jokhang est toujours fermé au public. Il s’agit clairement d’une perte irremplaçable d’un trésor sacré d’une ancienne civilisation tibétaine. Maintenant, même après une quinzaine de jours, le refus du gouvernement chinois de clarifier la cause de l’incendie et les dégâts qu’il a causés est inquiétant et soulève encore plus de questions. Je demande par conséquent à l’UNESCO d’envoyer une mission afin d ‘  enquêter sur la question et d’envoyer des journalistes au Tibet pour une enquête indépendante.

.La récente circulaire concernant  le reportage sur les crimes et les violations perpétrés par les forces inframondiales, publiée par le Bureau de la sécurité publique du TAR, indique la poursuite et les restrictions supplémentaires au Tibet. La circulaire a énuméré 22 activités illégales que Pékin veut que le Peuple tibétain rapporte, dont trois ont mentionné directement Sa Sainteté le Dalaï Lama.  La directive détaillée a notamment déclaré que la population tibétaine devrait fournir des informations sur les activités de ce qu’ils ont qualifié de «gangs criminels liés aux forces séparatistes du Dalaï-Lama».

 Cette circulaire est un modèle de pratique mal orientée,  clairement basée sur le manque de compréhension de la mentalité et de la culture tibétaines. Les Tibétains à l’intérieur du Tibet vénérent Sa Sainteté le Dalaï Lama avec leur cœur et leur esprit. Au lieu de reconnaître la foi et le dévouement du peuple tibétain, le gouvernement chinois a plutôt eu recours à la criminalisation des expressions de foi en Sa Sainteté le Dalaï Lama. . C’est la raison fondamentale du manque d ‘«harmonie des nationalités» que la République populaire de Chine se propose pourtant  de réaliser sans relâche.

L’attachement de Sa Sainteté au Dalaï Lama du bouddhisme au Tibet est également une autre cause de résistance parmi les Tibétains. Déclarer  artificiellement que vous pouvez pratiquer le bouddhisme mais ne pas suivre Sa Sainteté le Dalaï Lama, c’est comme dire que vous pouvez être catholique mais ne pas suivre le Pape.  C’est une lecture radicalement erronée du fondement même du Bouddhisme tibétain et du Tibet en tant que nation. Le Tibet et Tchenrézi (Avalokiteshvara: Bouddha de la Compassion) sont une seule et même chose, et les Dalaï Lamas et le peuple tibétain sont inséparables.  Essayer de séparer les deux fait profondément souffrir les sentiments du peuple tibétain et viole le noyau de l’esprit tibétain.

Nous condamnons fermement la circulaire pour la criminalisation du plaidoyer et de la protection de la langue et de la culture tibétaines, et aussi pour qualifier l’approche de la voie médiane  » d’une idée réactionnaire et nationaliste étroite « . En réalité, la langue tibétaine est protégée et encouragée par la  Constitution. De même, l’approche de la Voie du milieu est une proposition gagnant-gagnant pour les peuples du Tibet et de la Chine.

. Nous restons fermes dans notre engagement à résoudre pacifiquement la question du Tibet à travers l’approche de la voie du milieu.

 Alors que le président Xi Jinping entreprend son deuxième mandat, je l’exhorte à résoudre pacifiquement la question du Tibet par le dialogue entre les envoyés de Sa Sainteté le Dalaï Lama et les représentants du gouvernement chinois.

Comme Sa Sainteté le Dalaï Lama nous a toujours conseillé d’espérer le meilleur mais de nous préparer au pire, le Kashag a développé la Vision Cinquante-Cinquante qui cherche à réaliser une véritable autonomie pour le peuple tibétain, basée sur la politique du Moyen-Orient. Cette vision cherche  également à renforcer et à soutenir la lutte pour la liberté tibétaine et la communauté tibétaine pendant encore cinquante ans si nécessaire.

 Afin d’affirmer le contrôle du peuple et des régions tibétains, le gouvernement chinois a soumis les Tibétains à la discrimination. . Un exemple est, en dépit d’avoir la même qualification et l’expérience éducatives que les homologues chinois, les plus hauts postes de Secrétaire du Parti et d’autres branches exerçant  le pouvoir réel de la soi-disant Région autonome du Tibet (TAR) sont détenus par les fonctionnaires chinois. De façon identique , même au niveau de la préfecture et du comté, les Tibétains qualifiés sont pour la plupart privés du poste de Secrétaire du Parti, alors que les Chinois moins qualifiés sont en mesure d’occuper ce poste de direction.

. La montée de la croissance économique et de la prospérité de la Chine n’a pas enthousiasmé les Tibétains car le Tibet reste l’une des régions les plus pauvres et les Chinois ethniques qui ont afflué au Tibet ces dernières années en ont été les premiers bénéficiaires.

: Une lettre reçue récemment du Tibet mentionne le cas de l’expansion de l’aéroport de Gongkar à Lhassa dans le cadre du 12ème plan quinquennal du TAR:

 «En moins de cinq ans, 25 000 migrants chinois d’origine ethnique ont été accueillis dans le seul district de Gongkar à Lhoka et ont pris en charge la plupart des opportunités d’affaires et d’emploi locales. Si tel est le cas dans un petit district comme Gongkar, il est inimaginable de penser à la situation dans des villes comme Lhassa, Tsethang, Shigatse et Chamdo.  Le gouvernement chinois parle souvent de développement et d’investissement au Tibet, mais n’a jamais révélé les données de la migration et de l’installation chinoises dans les 74 districts du TAR et d’autres parties du Tibet. Cette domination démographique est la cause première de la résistance et de l’instabilité au Tibet.

. De plus, pour que le Tibet devienne une région chinoise et que le peuple tibétain devienne chinois, pendant plus de cinquante ans, le gouvernement chinois a délibérément rebaptisé les anciennes montagnes, rivières et lieux tibétains en langue chinoise.  Les pancartes sont réécrites en chinois et même les Tibétains sont incités à épouser des Chinois et à prendre des noms chinois.

Je voudrais dire sans équivoque que de telles conceptions sinistres ne réussiront pas et que la cause du Tibet prévaudra. Même après des décennies d’occupation et de domination chinoises, les Tibétains ont persisté et la cause du Tibet a reçu le soutien et la reconnaissance du monde entier principalement grâce à la direction de Sa Sainteté le Dalaï Lama, à  l’esprit indomptable et à la résilience des Tibétains au Tibet ainsi qu’aux  efforts des Tibétains en exil.

. Sa Sainteté le Dalaï Lama a propagé un système éducatif  basé sur l’analogie d’un « oiseau avec deux ailes » par lequel les Tibétains peuvent poursuivre une éducation moderne tout en préservant l’identité tibétaine. Alors que les millénaristes tibétains à l’intérieur et à l’extérieur du Tibet renforcent leur position dans le monde moderne, nous les encourageons à s’engager fermement pour la cause du Tibet et à être fiers de leur identité et de leur lien avec leurs valeurs traditionnelles tibétaines. Leur courage et leur conviction sont et devraient rester aussi forts que ceux des générations  plus âgées.

Le sentiment d’unité et de courage manifesté par le peuple tibétain a toujours été une source de grande force et de fierté, mais certains éléments du régionalisme en exil ne sont pas seulement un obstacle au cours de la lutte pour la liberté tibétaine, mais ils déçoivent les espoirs des Tibétains qui se sont efforcés de réaliser la cause commune. Nous ne pouvons pas laisser le régionalisme et le sectarisme nous diviser.  Par conséquent, je demande humblement et fermement aux Tibétains en exil de combler nos divergences et de renforcer l’unité, qui est et sera toujours notre force ultime.

.Je voudrais saisir cette occasion pour reconnaître et remercier le soutien et la solidarité de Tashi Wangchuk, un défenseur de la langue tibétaine actuellement emprisonné. Le Parlement européen a récemment adopté une Résolution urgente.  Le Parlement letton a publié une déclaration commune appelant à sa libération.  Les parlementaires allemands et les sénateurs français ont également publié des déclarations similaires appelant le gouvernement chinois à mettre en œuvre un processus judiciaire équitable dans son procès. Je remercie le Représentant spécial de l’Union européenne pour les droits de l’homme d’avoir exprimé sa préoccupation au sujet de Tashi Wangchuk lors de la 37ème session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies qui s’est ouverte la semaine dernière.

.Je remercie également le Ministre des Affaires étrangères du Canada d’avoir invité la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme et son Rapporteur spécial sur la liberté de religion à visiter le Panchen Lama, un cas de disparition forcée reconnu par l’ONU depuis plus de deux décennies. 

 La lutte non-violente tibétaine pour la liberté et la paix menée par Sa Sainteté le Dalaï Lama a gagné le soutien et la solidarité du monde entier. Je rends hommage et je remercie tous les dirigeants du monde, les gouvernements, les parlementaires, les organisations non gouvernementales et les individus qui ont et qui continuent de faire preuve d’empathie et de soutenir sans relâche la cause du Tibet. Je voudrais également remercier les groupes de soutien du Tibet et les groupes parlementaires pour le Tibet, pour leurs efforts continus pour soutenir la cause du Tibet.

Aujourd’hui, alors que nous commémorons 60 ans d’exil, je voudrais remercier tout particulièrement l’Inde et les pays du monde entier qui continuent d’accueillir et de soutenir généreusement les Tibétains. Pour reconnaître leur solidarité, l’Administration centrale tibétaine marquera cette année comme année de grâce et, en conséquence, le CTA organisera une série d’événements spéciaux dans le monde entier.

 Enfin, je prie pour la longue vie de Sa Sainteté le grand 14ème Dalaï Lama du Tibet et pour le bien-être des Tibétains au Tibet. Je prie et j’espère que la réunion des Tibétains à l’intérieur et à l’extérieur du Tibet se réalisera bientôt.

Le Président.

Administration Centrale Tibétaine .
10 mars 2018.