Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

30/06/16 | 14 h 56 min

Des membres du parlement britannique à la défense du Tibet

Un groupe de membres de la Chambre des Lords et des membres du Parlement britannique ont appelés leur gouvernement à veiller à ce que le dossier des droits de l’homme en Chine et au Tibet soit étudié lors de la session en cours du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.
Les députés et Lords qui composent le groupe parlementaire multipartis pour le Tibet (APPGT) ont écrit des lettres au ministre des affaires étrangères Philip Hammond et au représentant permanent du Royaume-Uni à l’ONU à Genève Julian Braithwaite. Ils exhortent le gouvernement à exprimer sa préoccupation quand au traitement des tibétains par la Chine et de mettre les violations des droits de l’homme à l’ordre du jour.

Le groupe met en avant des problèmes spécifiques comme la campagne actuelle de « maintien de la stabilité » qui a conduit à de nombreuses arrestations et condamnations en Chine. Ils appellent également à la libération sans condition de tous les prisonniers politiques, y compris cinq en particulier, Khenpo Kartse moine et chef de la communauté, Tashi Wangchuk défenseur des droits de l’homme, Lhamo Kyab enseignant d’école primaire et Yeshe Choedron médecin à la retraite.
En outre le groupe parlementaire a ajouté que le Royaume-Uni devrait demander à la Chine d’autoriser des visites de représentants spéciaux de l’ONU au Tibet afin d’obtenir de plus amples informations concernant les récents cas de torture et la mort en prison de Tenzin Delek Rinpoche
Les lettres concluent en disant qu’il est du devoir du Royaume-Uni d’être solidaires avec les défenseurs et militants des droits de l’homme.

Le Royaume-Uni avait par le passé publié une déclaration conjointe avec 11 autres pays condamnant les violations des droits de l’homme en Chine au cours de la session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en 2015.Cependant le gouvernement de David Cameron a récemment fait face à des critiques sur la façon dont il semble donner plus d’importance aux accords commerciaux qu’aux droits de l’homme. Ainsi son ministre des finances avait été applaudi pour mettre en avant les entreprises et ne pas soulever la question épineuse lors de la visite au Royaume-Uni du président chinois Xi Jinping.

Le Royaume-Uni a également félicité la Chine pour la journée des droits de l’homme de l’ONU en décembre 2015 pour la protection des droits civiques et politiques de ses citoyens. Cette situation contraste avec des pays tels que les Etats-Unis dont l’ambassadeur à Pékin, Max Baucus, a accusé Pékin de traiter les militants pacifistes et les avocats des droits de l’homme comme des «ennemis».

Traduction France Tibet