Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

11/05/16 | 12 h 07 min

Deux moines Tibétains détenus pendant 10 jours et battus suite à un conflit sur la route

5a3261b6-1fd2-40b6-9cb3-0d22807f077a

Lakyab et Tsering Gyurme dans une photo non datée

Deux moines appartenant à un grand monastère Tibétain de la province du Sichuan, au Sud-Ouest de la Chine, ont été emprisonnés et battus par la police, après avoir tenté une médiation dans une dispute opposant un Tibétain et un conducteur Han Chinois, selon une de nos sources.

Lakyab et Tsering Gyurme, tous deux moines de Palyul (en chinois, Baiyu), dans la préfecture Autonome Tibétaine de Kardze (Ganzi), ont été libérés le 29 Avril après 10 jours d’incarcération, d’après un référent du service Tibétain de RFA (Radio Free Asia)

« Durant leur garde à vue, les deux moines ont été gravement battus », relate cette source à RFA, sous couvert d’anonymat.

Lakyab et Gyurme s’étaient interposés dans une altercation entre deux chauffeurs, un Tibétain et un Han Chinois, dont les voitures étaient entrées en collision, explique cette même source.

« Lorsque la police arriva sur les lieux, les moines furent tenus pour responsables de ce conflit, puis arrêtés et détenus ».

Lors d’incidents similaires par le passé dans la localité de Palyul, « les autorités eurent tendance à jeter la pierre sur les Tibétains. »

« (En Chine), il est souvent dit que les nationalités, y compris les minorités ethniques, seront traitées équitablement et avec parité, mais dans les faits ces principes sont inexistants. »

Les protestations contre les autorités chinoises ont été rares à Palyul, une pittoresque région montagneuse où des milliers de personnes s’étaient pressées, en Juillet 2014, pour accueillir un enfant désigné comme réincarnation du chef du monastère Palyul.

Cependant, il y a déjà eu des poussées de résistance aux activités minières dans la région, et en Octobre 2013, des centaines de moines de Palyul ont marché sur le commissariat de police pour obtenir la libération d’un des leurs, détenu pour avoir révélé la répression policière dans une région voisine.

Ces informations complémentaires ont fait l’objet de reportages antérieurs.

Traduction France Tibet