Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

03/02/21 | 21 h 29 min par Rajeev Ravidas Siliguri

DHARAMSHALA : Deux Tibétains de 28 et 24 ans parcourent 2 000km afin de dénoncer les activités chinoises contre l’Inde

Deux jeunes Tibétains ont atteint Gangtok mardi après avoir parcouru plus de 2 000 km depuis Dharamshala dans l’Himachal Pradesh et Chandigarh dans le cadre de leur mission de sensibilisation aux activités chinoises au Tibet contre l’Inde.

Tenzin Dhondup, 28 ans, et Tenzin Nima, 24 ans, étaient entrés dans l’État himalayen lundi matin via Rangpo, à environ 40 km de Gangtok, où ils ont été accueillis avec enthousiasme par des militants tibétains et les populations locales. Un programme festif saluait leur performance avec l’offrande des khatas – écharpes traditionnelesls –  et les félicitations des autorités locales qui saluaient leur mission.

Dhondup a débuté ce trek le 2 novembre 2020 , «Dharamsala à Nathu La», depuis la ville de l’Himachal Pradesh, siège de gouvernement tibétain en exil. Nima l’a rejoint plus tard depuis  Chandigarh. Ils ont ensuite traversé conjointement sept États avant leur entrée au Sikkim.

Dhondup a détaillé les  trois objectifs dcette a mission qui étaient de sensibiliser la population à la dégradation continue de l’environnement du Tibet par la Chine, d’exhorter la communauté mondiale à reconnaître le Tibet comme un pays occupé et de boycotter les produits fabriqués en Chine en raison des récentes attaques du pays contre l’Inde à la Frontière du Tibet.

«J’ai choisi de faire cette  marche parce que je sentais que je serais capable de rencontrer et d’interagir avec plus de gens et de diffuser mon message. J’ai réussi à y parvenir pendant mon voyage jusqu’à ici », a déclaré Dhondup. Lorsqu’on lui a demandé s’il avait rencontré un problème au cours de sa longue marche, Dhondup a déclaré que cela ne valait pas la peine d’en parler car la mission était plus importante.

Au cours de son voyage avec Nima depuis Rangpo, des dizaines de membres de six associations tibétaines basées au Sikkim les ont accompagnés. Ils prévoient de reprendre leur marche vers Nathu-la à la frontière indo-tibétaine, à condition que le gouvernement de l’État leur en donne la permission. Les visiteurs n’ont pas le droit de se rendre à Nathu-la.

Nima a déclaré qu’il avait choisi de rejoindre son homonyme Tenzing lors de sa marche depuis Chandigarh afin de le soutenir. «L’environnement est une responsabilité mondiale. Les droits de l’homme sont également la responsabilité de tous. J’ai fait ça (marche) pour sensibiliser (à ces problèmes) », dit-il

Uden Aukartsang, membre du Parlement tibétain en exil, déclarait que toute initiative et tout activisme aidant la lutte pour la liberté dans son ensemble étaient essentiels.

«Plus important encore, nous voulons que l’Inde ait une politique très claire sur le Tibet et reconnaisse que le Tibet est un pays occupé. Il est dans l’intérêt de l’Inde de vraiment soutenir la lutte pour la liberté tibétaine. Je pense que c’est très important », a-t-elle déclaré.

Le RP Poudyal du Bharat-Tibet Sahyog Manch a loué la jeunesse tibétaine pour sa mission et a exhorté tout le monde à leur apporter leur soutien.

«Le message plus large de ces jeunes est la liberté pour le Tibet, l’arrêt de l’oppression continue des Tibétains et la protection de l’environnement himalayen. Nous, les Sikkimais, les félicitons », déclarait-il.

Traduction France Tibet

illustration : Les deux jeunes Tibétains, à Gangtok,  au terme de ler marche à leur arrivée au Sikkim.

Image télégraphique