Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

22/02/21 | 14 h 57 min par FREE TIBET

DRIRU / TIBET CENTRAL : Les secrets d’Etat peut-être enfin dévoilés 13 ans après…

Namdak, qui a été arrêté en 2013 (RFA)

DES EMPRISONNEMENTS DE MASSE AU TIBET CENTRAL RÉVÉLÉS SEPT ANS PLUS TARD

Des sources révèlent des arrestations jusque-là inconnues de 2013

Selon le service tibétain de Radio Free Asia , un Tibétain en exil qui a parlé sous couvert d’anonymat, a révélé qu’en 2013, des arrestations massives de résidents du comté de Driru ont eu lieu.

La source a révélé que Namdak, 34 ans, avait été condamné à 13 ans de prison vers juillet 2013 pour avoir aidé des Tibétains qui cherchaient à rejoindre l’Inde. Namdak souffre d’appendicite depuis deux ou trois ans mais sa famille n’a pas été autorisée à le rencontrer. Namdak est originaire du village de Meri, canton de Tsala, comté de Driru, Nagchu au Tibet central.

Six ou sept autres Tibétains du comté de Driru ont également été emprisonnés pendant 13 ans à peu près au moment de l’arrestation de Namdak, mais les détailsles concernant  ou les raisons de leur arrestation n’ont pas été divulgués comme l’exige la procédure judiciaire chinoise.

Les arrestations massives et les longues peines de résidents de Driru témoignent de la forte surveillance et de la répression sécuritaire dans la région,administrée dans le cadre de la soi-disant Région autonome du Tibet (TAR). Le TRE est bouclé et notoirement difficile d’accès, avec des informations sur les violations des droits de l’homme qui parviennent souvent au monde extérieur des mois ou des années plus tard.

Les informations ont été partagées à un moment critique où la famille de Namdak espère toujours avoir accès à Namdak qui aurait besoin derecevoir des soins médicauxde façon urgente.

Toujours en 2013, 30 Tibétains du Comté de Driru, de retour au Tibet après un séjour en Inde ont été arrêtés à Lhassa, emprisonnés et torturés dans la funseste prison de Chushul , selon la source de l’administration centrale tibétaine. Après leur libération, ils ont été privés de leur droit de récolter le champignon-chenille* pendant environ trois ans et ils continuent de faire face à des restrictions de déplacement. Les Tibétains du Comté de Driru qui ont des liens familiaux en Inde ont été soumis à des «cours de rééducation politique».

Le Comté de Driru est un épicentre de manifestations depuis mai 2013 à la suite d’une manifestation à l’ encontre  d’ extractions minières sur une montagne sacrée appelée Naglha Dzamba Mountain.

PASSER À L’ACTION

Au sein de l’ association FREE TIBET, nous agissons et faisons pression pour la justice, pour les Tibétains emprisonnés à tort, mais aussi à l’encontre des responsabls de crimes au Tibet. Chen Quanguo est responsable de toute une gamme d’abus, allant de la torture et des meurtres au Tibet aux atrocités horribles contre le peuple ouïghour. 

Rejoignez notre campagne pour le tenir responsable.