Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

15/12/14 | 23 h 17 min

DRIRU/PHENBO (TIBET) : Exécution de Bachen Gyalwa,chef du village, respecté et connu par ses actions sociales; expulsion de 120 nonnes

Le Leader du village exécuté
Dharamshala, 12 décembre 2014 : Les autorités chinoises du comté de Driru ont tué le leader d’un village tibétain connu localement comme un homme très respecté et quelqu’un qui a initié plusieurs chantiers sociaux dans le domaine de l’éducation, la promotion de la religion et la culture, l’unité et l’harmonie. L’incident a eu lieu le 9 décembre 2014.

Bachen Gyalwa (ou Ngawang Monlam était un ancien moine du monastère de Gyashoe Pelkar, il a été arrêté avec plusieurs autres Tibétains dont Peka, Neymey, Droril et Tashi.

Ils sont ensuite été amené au centre de détention du comté de Driru sans qu’aucune information n’ait filtré jusqu’à ce jour à leur sujet.

Des sources locales disent que les chinois ont exécuté Gyachen parce qu’ils voulaient qu’il se retire de son poste, ils ont même donné des ordres pour le remercier et pouvoir ainsi le remplacement par un chinois.

Les autorités ont prévenu les Tibétains de ne pas communiquer l’information de la mort de Gyachen à l’extérieur du comté, sans quoi il sera pris des mesures punitives à l’encontre des Tibétains. Ces derniers ont été forcés de signer et poser leurs empreintes sur une déclaration promettant qu’ils resteront silencieux au sujet de l’exécution.

Le secrétaire régional du Parti a publié une ordonnance en 59 points mettant sévèrement en garde les Tibétains qui maniganceraient contre le gouvernement chinois. Les Tibétains de Driru ont la communauté internationale pour qu’elle envoie des équipes d’inspecteurs pour les libérer cette répression anticipative.

Ailleurs, en août, 107 nonnes du monastère de Phenbo, près de Lhassa, ont été expulsée. Emplies de désespoir elles ont distribué des tracts pour chercher de l’aide : « Nous avons été expulsée par force de nos quartiers où nous étudiions et pratiquions notre culte. Nous n’avons nul part où aller. S’il vous plaît, aidez nous. »

Et le 12 Août, les autorités chinoises ont rasé à l’aide de bulldozer le monastère de Shar Bhumpa à Phenbo. Il a été rapporté que plusieurs nonnes se sont évanouies devant la destruction de leur résidence et quelques unes sont portées disparues.

Traduction France Tibet