Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

31/05/17 | 14 h 07 min

Un étudiant tibétain de 15 ans s’immole en protestation à la domination chinoise

Un étudiant de 15 ans du Gansu dans l’est du Tibet s’est immolé en signe de protestation contre la domination chinoise le 2 mai dernier.

Chagdor Kyab, du canton de Bora dans la préfecture autonome tibétaine de Gannan, Amdo, s’est immolé près du monastère de Bora, une succursale du monastère de Labrang Tashikyil.

D’après des témoins Chagdor Kyab, un étudiant d’une famille d’agriculteurs, aurait crié “Le Tibet veut sa liberté” et “Laissez Sa Sainteté le Dalaï Lama revenir au Tibet” alors qu’il brûlait.

« Alors que son corps était en feu, l’adolescent a essayé de courir vers les bureaux du Gouvernement chinois de Bora Township, mais il est tombé avant d’atteindre les bureaux. La police et l’armée chinoises sont rapidement arrivées sur les lieux et ont éteint les flammes et emmené le corps » selon les déclarations de la source données à RFA

Samedi 13 mai il n’était pas certain si Chagdor Kyab était vivant ou mort. RFA a identifié sa mère comme Dolma Tso et son père comme Zoepa, des agriculteurs de Daro.

Suite à l’auto-immolation, les autorités chinoises locales ont imposé de sévères restrictions dans la zone qui ont rendu difficile l’obtention d’informations supplémentaires. Jusqu’à présent les sources du Tibet Post n’ont pas été en mesure de confirmer cette auto-immolation.

Le nombre d’auto-immolations vérifiées au Tibet  depuis février 2009 est de 149. Plus de 120 de ces personnes sont décédées des suites de leurs blessures.

Le Gouvernement chinois affirme que le Tibet a toujours fait partie de son territoire, mais les Tibétains protestent que le Tibet était une nation indépendante pendant des siècles jusqu’à ce que les troupes chinoises l’envahissent.

Le Tibet a été envahi par la Chine en 1949. Depuis plus de 1,2 million sur une population de 6 millions de Tibétains ont été tués, plus de 6 000 monastères ont été détruits et des actes de meurtre, de viols, d’emprisonnements arbitraires, de tortures et de traitements cruels, inhumains et dégradants ont été infligés aux Tibétains.

Et pourtant Pékin continue d’appeler son occupation du Tibet une « libération pacifique ».

Traduit par Maxime Belhache pour France Tibet