Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

04/10/18 | 12 h 09 min par Dawa Dolma . traduction France Tibet

Eviction forcée de neuf villages tibétains

Pour faire place à l’exploitation minière, les autorités chinoises ont ordonné le déplacement des villageois tibétains de leurs terres riches en ressources naturelles.

D’après une source locale et anonyme, neuf villages sont concernés par ce déplacement de population dans la préfecture de Chamdo (Changdu en chinois) dans le comté de Ganjo (Gongjue) qui devra être achevé d’ici la fin de l’année. Gonjo est dans la région autonome du Tibet, à l’extrême est, en frontière avec le Sichuan.

« Les noms des villages sont Chaka, Pallo, Yasha, Deb le haut, Deb le bas, Chulsum et Garnyi. » Les villageois seront replacés à Meldro Gongkar et Toelung dans la préfecture de Lhassa et à Loka, plus à l’ouest.

« Les villageois tibétains pensent que les autorités locales chinoises de Gonjo veulent construire une centrale électrique et ont des projets miniers, c’est pourquoi ils sont expulsés de leurs terres ancestrales, » ajouta la source.

« Certains Tibétains de Gonjo vendent leur bétail ou amènent leurs bêtes à la boucherie pour préparation leur migration forcée. »

Gonjo est connu pour sa richesse en ressources naturelles, dont le cordyceps, le fameux ver-champignon prisé pour ses vertus médicinales.

D’après le recensement de 2012, Gonjo représente 40 000 habitants mais le nombre de personnes concernées par le déplacement n’a pas été précisé..

« Selon les conditions du déplacement ordonné par la Chine, les villageois pourront cueillir le cordyceps pendant les vingt prochaines années. »

Ce déplacement forcé de population est le dernier d’une série d’habitants expulsés de Gonjo et d’autres régions, avec plusieurs villageois relocalisés à Nyingtri dans la préfecture de Kongpo.

En mai 2015, les autorités chinoises ont réprimé des villageois tibétains qui protestaient contre des projets miniers sur la montagne sacrée de Gonjo, laissant des blessés graves et ayant arrêté un nombre inconnu de personnes.

La reprise de la construction de la route devant mener à la montagne de Mini a eu lieu le 2 avril, après le dressage d’un barrage en 2017 des locaux pour s’opposer au projet chinois.

Les zones tibétaines sont devenues une importante source de minéraux pour la croissance chinoise et les projets miniers ont souvent conduit à l’opposition des Tibétains qui accusent les entreprises chinoises de polluer l’environnement et de violer des sites sacrés.

Reported by Dawa Dolma for RFA’s Tibetan Service. Translated by Dorjee Damdul. Written in English by Richard Finney.

A map showing the location of Gonjo county in Tibet’s Chamdo prefecture.

RFA