Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

11/04/18 | 19 h 57 min

Les femmes tibétaines défilent à la mémoire des femmes martyres du soulèvement de 1959

Les femmes tibétaines ont célébré le 59e soulèvement des femmes tibétaines le 12 mars 2018 dernier à Dharamshala, en Inde. Photo: TPI / Choenyi Sangpo

Retour sur le 12 mars dernier à Dharamshala où les femmes tibétaines célèbraient le 59°anniveraire du Soulèvement de 1959 à Lhassa, commémorant le rôle important qu’elles y ont joué. L’occasion aussi de débattre de la place de la femme et de l’égalité des sexes dans la communauté tibétaine.

Lors du rassemblement, l’association des femmes tibétaines a appelé le président Xi Jinping à reprendre les pourparlers avec les envoyés du Dalaï Lama, afin d’examiner de nouveau la politique répressive au Tibet, qui force les Tibétains, dit-elle, a recourir à l’auto-immolation en guise de protestation.

L’organisation a profité de l’occasion pour condamner la destruction des institutions monastiques de Larung Gar et Yarchen Gar, et a appelé l’ONU et les dirigeants internationaux à prendre les mesures sur la question.

En ce qui concerne la reconnaissance des lamas bouddhistes tibétains, la TWA* a de plus accusé l’Etat chinois d’ingérence dans la tradition religieuse en ces termes : « En tant que gouvernement communiste n’adhérant à aucune sorte de concept religieux, le gouvernement chinois n’a ni légitimité, ni crédibilité au sujet des affaires spirituelles, puisqu’elle considère la religion comme un poison. »

Abordant la position des femmes, Sonam Dolkar, ancienne directrice d’Académie et invitée d’honneur, a déclaré : « Les femmes d’aujourd’hui font face à de nombreux défis. Cependant, par la grâce de Sa Sainteté **, nous bénéficions de l’égalité des droits dans tous les domaines. Réactives, les femmes tibétaines ont saisi l’occasion pour exceller dans les études, y compris celles qui mènent au diplôme historique Geshema. »

A cette occasion, le Président du Gouvernement Tibétain en exil – CTA – Dr Sikyong Lobsang Sangay, a également pris la parole : « Fils par ma mère, mari par mon épouse, père par ma fille, je suis profondément convaincu de l’égalité et de l’autonomisation des femmes, non seulement dans la communauté tibétaine mais aussi globalement » a-t-il déclaré. «Les règles et réglementations du CTA*** prévoient l’égalité des chances pour les hommes et les femmes dans la recherche d’emploi et les salaires sans distinction de sexe aucune. Ainsi, les hommes comme les femmes ont de façon égale la possibilité de se présenter aux élections présidentielles ou accès aux postes de membres du Parlement, les plus hauts du CTA. »

« Il n’y a pas de discrimination fondée sur le sexe dans l’administration tibétaine. » Pourtant, Dr Sangay a admis la discrimination structurelle dans la communauté tibétaine.

« Malgré les progrès économiques et éducatifs de la communauté tibétaine acquis depuis les premiers jours de l’exil, il existe toujours une distinction de fait dans l’attitude de la communauté envers les femmes. Par exemple, une femme sera l’objet d’un regard plus sévère pour une faute similaire à celle qu’un homme aura commise. »

« Par conséquent, c’est dans ce domaine de l’ action que nous devons mettre davantage l’accent, afin de créer une société égalitaire non seulement sur le papier, mais aussi par notre attitude au quotidien. »

Le Dr Sangay a exhorté le public à participer et à coopérer avec l’administration tibétaine, afin de faire de l’émancipation des femmes un succès. Il a souligné que, sans participation du Peuple tibétain, la politique reste inefficace, fut-elle animée des meilleures intentions.

(Notes du trad. : * TWA : Tibetan Women Association, Association des Femmes Tibétaines ;

** le Dalaï Lama ;

***CTA : Central Tibetan Administration, Administration Centrale Tibétaine.

Traduction France Tibet