Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

10/01/18 | 18 h 54 min

Les Français « se fichent » des droits de l’homme en Chine ? déclare Ai Weiwei qui tacle Macron

Le dissident chinois condamne le choix d’Emmanuel Macron de ne pas évoquer la question des droits de l’homme avec Xi Jinping
Emmanuel Macron a conclu ce mercredi 10 janvier sa première visite en Chine sur un appel à la cohésion des Européens face à la « puissance de feu » de Pékin, dont le poids a été à nouveau illustré par une méga-commande pour Airbus, annoncée in extremis. Mais pour l’artiste et dissident chinois Ai Weiwei, le président français a gravement manqué à ses obligations lors de sa visite.

« Un homme public doit toujours parler en public »
Emmanuel Macron n’a pas souhaité s’exprimer publiquement et donner des « leçons » à la Chine sur les droits de l’homme, car cela est « totalement inefficace », a-t-il plaidé lors de sa visite d’Etat à Pékin.

Un choix que condamne Ai Weiwei, installé à Berlin. Interrogé par Europe1 après la déclaration du président français, il explique :

« Je crois que la raison est simple, c’est le business. Mais n’importe quel leader qui a du respect pour l’histoire humaine doit parler plus fort des droits de l’homme. »
Preuve qu’il était d’ailleurs attendu sur le sujet, le président français s’était expliqué sur cette stratégie dès mardi soir lors de la déclaration commune aux côtés de son homologue chinois Xi Jinping :

« Il y a des différences entre nous qui sont liées à notre histoire, à nos philosophies profondes, à la nature de nos sociétés. »
Un argument qui n’a pas suffit à convaincre l’artiste chinois :

« Je ne crois pas aux entretiens privés. Un homme public doit toujours parler en public. »
« Qui sait ce qu’ils se disent en privé. Mais peut-être que les Français se fichent désormais des droits de l’homme », conclu Ai Weiwei cité par Europe 1.

image : Photographe, sculpteur et plasticien, cet artiste atypique s’est fait connaître au début des années 2000. ((Carlotta Cardana pour « l’Obs »))