Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

06/11/17 | 17 h 43 min par Jamphel Shonu

GUWAHATI ( Inde ) : Les fleuves du Tibet sont prépondérants pour l’avenir de l’Inde du Nord Est et du Bangladesh : un appel à l’action du Président en visite en Assam

 

Le Président Dr Lobsang Sangay de l’Administration Centrale Tibétaine en Exil – CTAE – a inauguré la 5ème Conférence Commémorative de Rabindranath Barthakul à Taj Vivanta, Guwahati le 3 novembre.

Cette conférence annuelle est organisée par la Fondation Balipata dans le cadre des deux journées du Forum 2017 du Sommet Naturenomics de l’Est-Himalayen.

De nombreuses et éminentes personnalités venues d’Assam, parmi lesquelles Shri Tarun Gogol, l’ancien Premier Ministre de l’Assam, et Miss Japon 2016, Priyanka Yoshikawa, ont assisté à cette Conférence.

Dans son discours, le Docteur Lobsang Sangay  décrivait le Tibet comme un chaînon vital pour la survie du monde – en particulier pour l’Inde du Nord Est – dans l’avenir, en raison de sa situation géologique unique en tant que Toit du monde et château d’eau de l’Asie.

Il déclarait qu’une crise de l’eau est imminente en Asie, soulignant que la croissance vertigineuse de la population mondiale n’est pas soutenable, eu égard à la quantité limitée de ressources naturelles telles que l’eau.

« Les scientifiques ont affirmé que la Terre peut faire vivre 7 milliards de personnes. Malheureusement, la population mondiale approche cette année de 8 milliards. Il n’y a pas, pour le moment, assez de terres, d’eau et de forêts pour ce milliard supplémentaire, » ajoutait le Docteur Sangay, prédisant de futures guerres de l’eau dans le futur.

La conséquence de ce déficit hydraulique, ajoutait le Docteur Sangay, c’est que le Plateau tibétain présente un enjeu crucial pour la survie du monde dans la mesure où le Tibet est le point de départ de dix fleuves majeurs en Asie. Il faisait également part de ses appréhensions vis-à-vis de la Chine qui pourrait tenter de monopoliser les ressources hydrauliques du Tibet, ce qui aurait pour conséquence de provoquer une importante pénurie d’eau dans les zones riveraines, comme le Nord Est de l’Inde et le Bangladesh.

Il précisait que la Chine pourrait être forcée de détourner les fleuves du Tibet en direction de ses régions arides du Nord Ouest, où l’eau douce est rare. « La Chine représente 19% de la population du globe, mais détient seulement 12% de ses ressources en eau. Il est donc pratiquement acquis qu’elle pourrait détourner les eaux pures du Tibet pour répondre aux besoins de ses propres habitants, » a-t-il averti.

La Communauté internationale devrait prendre fait et cause pour les Tibétains et confier aux Tibétains la gestion du plateau tibétain. Il a dit que le peuple tibétain, guidé par sa conception bouddhiste dans l’interdépendance, a ainsi vécu en harmonie avec la nature pendant des milliers d’années.

Le Docteur Lobsang Sangay abordait  ensuite la question du réchauffement climatique, et la manière dont il affecte le Plateau du Tibet. « Le Plateau tibétain a quelques unes des plus importantes réserves de permafrost. Avec la hausse des températures sur le plateau, ce permafrost fond, libérant dans l’air que les habitants respirent de dangereuses quantités de gaz tels que du méthane et de l’oxyde de carbone ».

Le Docteur Sangay a aussi souligné un retour en force de l’Asie au 21ème siècle, ainsi que la façon dont l’Inde et la Chine jouent un rôle clé à l’échelle mondiale. Pourtant il notait une importante course aux armements, suscitée par la demande en armes effrénée des pays d’Asie,  ce qui pourrait se traduire par un désastre imminent dans l’avenir.

La Conférence commémorative du Docteur Sangay se terminait  par des spectacles culturels et l’attribution des Baliapara Awards aux protecteurs et militants de la protection environnementale.

Le Public écoutant la 5ème Conférence Commémorative de Rabindranath Barthakul à Taj Vivanta, Guwahati, le 3 novembre 2017.

Le Président Docteur Lobsang Sangay remettant le diplôme récompensant une vie consacrée à Balipara à to Haoki tribhum en reconnaissance de son activité en faveur de la conservation de la vie sauvage.

Des participants posant pour des selfies aux côtés du Président Docteur Lobsang Sangay, 3 Novembre 2017.

Spectacle donné par des artistes à la Conférence Commémorative.

Un militant écologiste japonais pose pour un selfy avec le Président Dr Lobsang Sangay, 3 November 2017.

November 6, 2017

Published By Jamphel Shonu

 

President Dr Lobsang Sangay and Miss Japan 2016 Priyanka Yoshikawa with other panelists at the press conference in Guwahati  on 3 November 2017. Photo/Jamphel Shonu/DIIR

GUWAHATI: President Dr Lobsang Sangay of the Central Tibetan Administration said that an acute water crisis is looming large in south Asia as a result of China tinkering with the natural flow of Tibet’s rivers.

Addressing a press conference in Guwahati held as part of the Eastern Himalayan Naturenomics Forum organised by the Balipara Foundation on 3 November, Dr Sangay said that China is likely to divert Tibet’s rivers to its own parched regions, which could cause severe water shortages in South Asia.

“Growing water shortage is a reality and water will be a major cause of discontentment among nations in the future. There are also reports that China is trying to divert the Brahmaputra and assert greater control over Tibet’s vast water resources,” he said.

“If this happens, 1.4 billion people in the downstream countries who are dependent on Tibet’s rivers will be facing a great danger,” he explained.

He further said that the international community should exert pressure on China to let Tibetans be the sole custodian of the Tibetan plateau.

“China should ensure that Tibetans have a say on the development projects taking place on the Tibetan plateau. This is not a political statement but a serious environmental statement,” he explained.

He further said that China should be a signatory to the UN convention on water sharing, as it will ensure that the livelihood of the people in downstream countries are secured.

Dr Sangay also talked about global warming and other man made factors that hasten the depletion of freshwater resources on the Tibetan plateau.

“About 50% of Tibet’s glaciers have already disappeared and that two-thirds of the remaining 46000 glaciers could disappear by 2100. This is a grim situation and all nations should work in concert to find a lasting solution,” he said.

At least 25 media houses from the region attended the press conference.

President Dr Lobsang Sangay speaking to the press in Guwahati, 3 November 2017.

The press conference held as part of the Naturenomics forum 2017 in Guwahati on 3 November 2017.