Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

08/12/19 | 18 h 14 min par Frédéric Lemaître

HONG KONG : Des centaines de milliers de manifestants à Hongkong, pour marquer les six mois de la contestation..

Sous un ciel hivernal radieux, ils défilaient à nouveau, dimanche, afin de laisser une « dernière chance » aux autorités locales, et à la Chine, de répondre à leurs revendications.

 

Les manifestants à Hongkong le 8 décembre.

Les manifestants à Hongkong le 8 décembre. DANISH SIDDIQUI / REUTERS

Six mois après la première grande manifestation du 9 juin, des centaines de milliers de personnes sont à nouveau descendues dans les rues de Hongkong dimanche 8 décembre pour protester contre les répressions policières et réclamer des réformes démocratiques. Les organisateurs du Front civique des droits de l’homme (CHRF, pour Civil Human Rights Front, en anglais) ont dénombré 800 000 participants. La police, 183 000.

De fait, les Hongkongais se sont à nouveau mobilisés mais ils étaient moins nombreux que les 9 et 16 juin, lorsque les manifestations avaient rassemblé respectivement 1 million et près de 2 millions de participants, et il est peu probable que cette journée du 8 décembre change fondamentalement la donne.

Lire l’analyse : La Chine veut imposer sa vision des droits de l’homme

Les opposants à Carrie Lam, la chef de l’exécutif, et à Pékin ont à nouveau prouvé qu’ils étaient capables de mobiliser la population. Mais personne n’en doutait vraiment, surtout depuis leur écrasante victoire aux élections locales du 24 novembre où les prodémocrates ont gagné 17 des 18 districts. La manifestation avait d’ailleurs été autorisée par la police. Une première depuis la mi-août.

Quelle suite pour le mouvement ?

Si elle s’est dans l’ensemble déroulée dans le calme, des échauffourées ont eu lieu en fin de journée. Quelques heures avant le début de la manifestation, la police avait présenté des armes, notamment un pistolet et des couteaux, saisis dans la nuit à l’issue d’une opération au cours de laquelle onze personnes ont été arrêtées.

Des manifestants dans les rues de Hongkong, le 8 décembre.
Des manifestants dans les rues de Hongkong, le 8 décembre. Vincent Yu / AP

Vendredi 6 décembre, Jimmy Sham, un des responsables du CHRF, avait évoqué « la dernière chance donnée par le peuple à Mme Lam ». Mais si celle-ci affirme régulièrement avoir entendu les messages envoyés par la population, elle n’a pas fait la moindre concession depuis le 4 septembre, date à laquelle elle a officiellement renoncé à faire passer une loi autorisant les extraditions vers la Chine.

 

Des manifestants rassemblés à Hongkong, le 8 décembre.

Des manifestants rassemblés à Hongkong, le 8 décembre. DANISH SIDDIQUI / REUTERS

Lire l’analyse : La Chine veut imposer sa vision des droits de l’homme
Des manifestants dans les rues de Hongkong, le 8 décembre
Des manifestants dans les rues de Hongkong, le 8 décembre THOMAS PETER / REUTERS

Vendredi 6 décembre, Jimmy Sham, un des responsables du CHRF, avait évoqué « la dernière chance donnée par le peuple à Mme Lam ». Mais si celle-ci affirme régulièrement avoir entendu les messages envoyés par la population, elle n’a pas fait la moindre concession depuis le 4 septembre, date à laquelle elle a officiellement renoncé à faire passer une loi autorisant les extraditions vers la Chine. Depuis, l’essentiel des revendications porte sur la création d’une commission d’enquête indépendante sur les violences policières. En six mois, 5 800 personnes ont été arrêtées et environ 10 000 gaz lacrymogènes ont été tirés par les forces de l’ordre. Or les autorités locales refusent catégoriquement une telle commission.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « A Hongkong, la seule option proposée par la Chine est de renforcer l’Etat policier »

Beaucoup, à Hongkong, s’interrogent sur les suites à donner au mouvement. Certains militants appellent les Hongkongais à adhérer à une organisation syndicale afin de préparer une grève générale. La visite de Xi Jinping à Macao le 20 décembre sera également observée de près.

Des manifestants dans les rues de Hongkong, le 8 décembre.
Des manifestants dans les rues de Hongkong, le 8 décembre. LAUREL CHOR / REUTERS

Le président chinois va se rendre dans l’autre région administrative spéciale pour commémorer les 20 ans de la rétrocession de l’ancienne colonie portugaise à la Chine survenue le 20 décembre 1999. Celui-ci devrait à nouveau faire l’éloge du principe « un pays, deux systèmes » qui régit les relations entre Macao, Hongkong et la Chine continentale.

Si les habitants de Macao ne remettent pas ce principe en question, il n’en est plus de même des habitants de Hongkong. Le discours de Xi Jinping sera donc suivi de près à Hongkong, mais aussi à Washington, où le président Donald Trump vient, au grand dam de Pékin, de ratifier une loi prévoyant que, désormais le Congrès américain étudie chaque année la situation des droits de l’homme à Hongkong, ainsi que l’autonomie réelle de cette île par rapport à Pékin avant de continuer à lui accorder un traitement économique plus favorable.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Hongkong, la jeunesse guidant le peuple
Notre sélection d’articles sur les manifestations à Hongkong

Depuis le début de l’été, la mégapole de 7,5 millions d’habitants traverse sa pire crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997.

Sur la stratégie des manifestants :

Sur le terrain, ils s’inspirent de Bruce Lee – leur mode d’action est « soyez comme l’eau » – et prônent une stratégie baptisée « Eclore partout », en multipliant les actions. Mais en s’installant dans la durée, le mouvement s’est radicalisé, notamment autour des universités, devenues des places fortifiées.

Sur la réaction de la Chine :

Au cœur de la crise, la conception que la Chine se fait du concept d’« un pays, deux systèmes », en vigueur jusqu’ici. Pour le politiste Brian Fong, l’option choisie par Pékin « est de renforcer l’Etat policier, c’est-à-dire la répression, en brutalisant de manière indiscriminée les manifestants ». Et pendant ce temps, en Chine continentale, les réactions sont à sens unique, entre censure et patriotisme exacerbé ?

A regarder aussi :