Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

27/07/15 | 16 h 55 min

INSOLITE : Li Ning, la marque de sport chinoise redonne au Tibet son indépendance, le temps d’un week-end !

lining2

Li Ning, la marque de sport chinoise dans la tourmente, après avoir publié une carte de la Chine sans le Tibet !

À ceux qui n’en doutaient pas, les Chinois eux-mêmes, la Chine c’est la Chine, le Tibet un autre pays. Pour preuve la dernière gaffe sur les médias sociaux de la grande marque de sport Li Ning qui a éclipsé la tournée chinoise de la star américaine du basket Dwayne Wade. Cette dernière pour montrer l’itinéraire du basketteur a publié une carte de la Chine qui ne comprenait pas le Tibet.

La carte, qui a été publiée sur le site de la tournée et le compte officiel Instagram, a été repérée par un utilisateur Weibo, surnommé Gao, ce week-end.

Gao a écrit un billet sur son blog, soulignant la gaffe de la marque et son post est très rapidement devenu le sujet le plus discuté sur le service de microblogging. État d’urgence pour les autorités qui ne voudraient pas que les Chinois eux-même discutent de l’appartenance ou non du Tibet à la Chine, l’article a été retiré trois heures plus tard, a indiqué le South China Morning Post.

Li-Ning a présenté des excuses sur son compte officiel Weibo dimanche, blâmant l’agence de publicité américaine Que-In pour l’erreur. Peut-être est-ce un publicitaire pro-tibétain qui aurait fait la blague ? Dans tous les cas, ce post a été partagé près de 1500 fois, avec plus d’un millier de commentaires, dont beaucoup très critiques.

Li Ning, le fondateur, trois fois médaillé d’or olympique a présenté ses excuses sur son propre compte Weibo.

Le scandale a éclaté la semaine même où Li Ning lançait ses nouvelles chaussures de course  » intelligentes « , en partenariat avec le fabricant de smartphones chinois Xiaomi .

Xiaomi, qui avait eu, lui auss,i des soucis avec la géographie. En janvier, le vice-président de la société Hugo Barra avait utilisé une carte de l’Inde lors d’un lancement du smartphone à New Delhi, affichant la région frontalière contestée, Aksai Chin au Tibet, comme faisant partie de l’Inde.

Hugo Barra avait présenté ses excuses sur son compte Weibo, le lendemain, après d’intenses critiques.

La République Populaire de Chine veille à ses frontières et il ne s’agirait pas de faire le malin avec celles-ci ! Drôles de péripéties tout de même. Le Tibet a, le temps d’un week-end, retrouvé sa souveraineté.*

* Ndlr : un clin d’oeil vers un avenir probable …