Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

10/11/16 | 21 h 58 min

INTERPOL : « TOUS AUX ABRIS… » Le Chinois Meng Hongwei à la tête de l’organisation

interpol

ALERTE MAXIMUM  Chinois dissidents, Ouighours , Tibétains, Falung Gong et séparatistes de tout poil…
Un Chinois a pour la première fois été élu à la présidence d’Interpol, une décision potentiellement controversée.
L’assemblée générale d’Interpol a nommé le Chinois Meng Hongwei à la tête de l’organisation. Il remplacera Mireille Ballestrazzi.

L’élection jeudi du vice-ministre chinois de la Sécurité publique Meng Hongwei est controversée en raison de la campagne chinoise pour traquer des fugitifs à l’étranger.

Meng Hongwei a été choisi pour succéder à la patronne de la police judiciaire française, Mireille Ballestrazzi, lors de l’assemblée générale annuelle de l’organisation de coopération policière organisée sur l’île indonésienne de Bali, a annoncé Interpol.

Cette nomination pourrait faciliter les efforts de la Chine pour traquer de nombreuses personnes soupçonnées de corruption ou d’infractions à caractère économique et réfugiées à l’étranger. Depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, le président Xi Jinping a engagé une campagne anti-corruption.
Purges déguisées
Mais certains observateurs soupçonnent qu’elle serve de purge déguisée au sein même du Parti communiste chinois. Un de ses volets, l’opération Skynet, vise à rapatrier des suspects de corruption ayant fui à l’étranger. L’agence de presse Chine nouvelle rapportait fin septembre que 409 suspects avaient déjà été ramenés au pays.Cette campagne a soulevé des réserves de certains pays accusant la Chine d’agir en secret sur leur sol. D’autres encore rechignent à expulser des suspects vers un pays accusé par certaines organisations de ne pas respecter les règles du procès équitable.

Dissidents ouïghours visés

«Cette nomination est inquiétante, car la Chine a longtemps utilisé (…) Interpol pour arrêter des dissidents et des réfugiés à l’étranger», a déclaré William Nee, spécialiste de la Chine à Amnesty International.

«Il est arrivé que la Chine abuse du système Interpol pour viser des dissidents ouïghours qui, à notre connaissance, n’avaient rien fait de répréhensible selon les standards internationaux.» Basée à Lyon, l’organisation Interpol permet notamment de favoriser les échanges entre les polices de ses 190 pays membres. (afp/nxp)

(Créé: 10.11.2016, 09h52)
Meng Hongwei 孟宏伟
Vice-Minister, Ministry of Public Security; Deputy Director, State Oceanic Administration; Director, Maritime Police Bureau
Born: 1953
Birthplace: Heilongjiang Province, Harbin City
AT-A-GLANCE
BIOGRAPHY

Biography Highlight

Meng Hongwei, male, Han nationality, is a native of Harbin City, Heilongjiang Province. He was born in 1953, entered the work force in 1972, and joined the CPC in 1975. He graduated from Law Department of Beijing University with a Bachelor Degree in Law, and from Central South University with a Master Degree. He is Vice-Minister of the Ministry of Public Security since 2004.

View complete biography »
Recent Career Data

2013— Deputy Director, State Oceanic Administration
2013— Director, Maritime Police Bureau
2004— Deputy Director, Chinese People’s Armed Police Force
2004— Director, Interpol, National Central Bureau of China
2004— Member, Ministry of Public Security CPC, Party Committee
2004— Vice-Minister, Ministry of Public Security