Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

31/01/19 | 23 h 25 min par Par Brice Pedroletti

Kazakhs et Ouïgours dans l’enfer du goulag chinois

Dans les locaux de l’association Atajurt, une femme tient le portrait d’un de ses proches disparu en Chine. Almaty, Kazakhstan, décembre 2018.

Le régime chinois déporte en masse ces minorités dans des camps. « Le Monde » a pu recueillir les rares témoignages d’anciens détenus.

En rangée, deux par deux, ils sont 500 détenus, que des gardes font monter dans des bus, cagoule sur la tête. Au bout du trajet, ils découvrent un nouveau camp d’internement, assez similaire à celui d’où ils viennent :

« Il y avait des bâtiments neufs, et d’autres qui n’étaient pas finis. Il devait y avoir 3 000 personnes, beaucoup de Kazakhs comme moi, qui étaient nés en Chine et à qui on disait qu’ils n’auraient pas dû changer de nationalité. Des gens qui avaient utilisé WhatsApp. D’autres qui avaient dit “Assalamu alaykum” [“Que la paix soit sur vous” en arabe]. »

Orinbek Koksebek, 38 ans, a passé cent vingt-cinq jours en détention en Chine début 2018 – mais il est incapable de dire combien dans l’un et l’autre des deux camps où il a été envoyé, à Tarbaghatay (Tacheng, en chinois), une sous-préfecture de l’ouest de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang, là où la frontière chinoise avec le Kazakhstan fait un angle droit.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Au Kazakhstan, avec les rescapés de l’enfer du goulag chinois

Lui qui parle très mal le mandarin doit apprendre par cœur trois chansons : La Marche des volontaires (l’hymne national chinois) et deux chants maoïstes, L’Orient est rouge et Sans le Parti communiste, il n’y a pas de Chine nouvelle. Sinon, lui disent ses interrogateurs, il restera cinq ans en détention. A six reprises, il est envoyé au cachot, un espace noir, très étroit, pour vingt-quatre heures, nourri d’un seul beignet, sans eau.

La Chine présente ses camps comme de banals centres de déradicalisation et de «formation professionnelle» de ses minorités.

Orinbek Koksebek, ainsi que trois autres anciens détenus rencontrés à Almaty (Kazakhstan) ou à Istanbul (Turquie), font partie des rares témoins du programme de détention de masse des minorités turcophones musulmanes du Xinjiang, l’immense territoire aux confins de l’Asie centrale que le régime communiste administre d’une main de fer.

Y sont soumis les Ouïgours, qui constituent 11 millions des habitants de la région autonome, mais aussi les Kazakhs (1,5 million), dans des structures carcérales existantes, des prisons noires, des écoles du Parti, ainsi que de gigantesques camps récemment construits, dont plus d’une soixantaine ont été repérés par image satellite par des experts.

Article réservé à nos abonnés
 Lire aussi  Camps de détention en Chine : le Kazakhstan, trop dépendant pour froisser Pékin

La Chine présente officiellement ces derniers comme de banals centres de déradicalisation et de « formation professionnelle » de ses minorités, où les étudiants seraient rémunérés pour du travail en atelier. Selon la radio américaine Radio Free Asia, certains sont en train d’être aménagés dans ce sens pour de futures visites d’inspecteurs étrangers qui, dès lors, ne verront pas la réalité de cet archipel du goulag chinois.