Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

03/12/15 | 16 h 24 min

KIRTI : Deux moines bouddhistes tibétains du monastère de Kirti arrêtés pour des raisons mal déterminées.

moines

 Dharamsala – Deux moines bouddhistes tibétains du monastère de Kirti du Comté de Ngaba, région agitée du nord-est du Tibet ont été arrêtés par la police chinoise pour des raisons mal déterminées,  le 30 novembre 2015.

« Les deux moines ont été arrêtés par la police chinoise à deux moments différents, dans le même monastère du Comté de Ngaba, dans la région de l’Amdo du nord-est du Tibet, dans le Comté d’Aba de la Préfecture autonome tibétaine de Qiang, dans le nord-ouest de la province du Sichuan» selon les explications de Losang Yeshe et Kanyag Tsering, du monastère de Kirti en exil, fournies au Tibet Post International.
« Lobsang Gephel, 28, a été arrêté et extrait de son monastère par la police, selon le Vénérable Tsering,» ajoutant qu’ il est détenu dans la ville du Comté. Mais aucun autre détail n’est disponible. »

C’est un ancien prisonnier politique, déjà arrêté en mai 2011, finalement condamné à 3 ans de prison après avoir été retenu en garde à vue pendant une longue période. Il avait été libéré à la fin de 2013.« Gephel originaire de la division no. 2 du district pastoral Me’uruma, est l’aîné des 9 enfants du couple Orgyen Tsering et Kyi Lhamo », déclare encore le  Vénérable Tsering. Très jeune il avait rejoint le monastère ; actuellement, il en est le directeur de la faculté de médecine.

Les sources indiquent aussi qu’ « un autre moine, âgé de 49 ans Drukdra a été également été arrêté et extrait de sa chambre par la police, la nuit du lundi 30 novembre 2015.»  Lui aussi est également un ancien prisonnier politique, arrêté en 2008 et condamné à 1 an et 4 mois, originaire du Canton de Soruma.
Des centaines de Tibétains, dont des écrivains, des blogueurs, des chanteurs et des écologistes, ont été arrêtés ou sont emprisonnés depuis 2008, après avoir tenté d’exprimer leurs points de vue ou de partager des nouvelles sur la situation du Tibet avec le monde extérieur, et fourni une preuve supplémentaire de la répression généralisée contre la liberté d’expression au Tibet.
Des manifestations sporadiques s’opposant au régime répressif chinois ont continué au Tibet depuis les manifestations massives qui ont balayé la région en 2008, avec plus de 140 Tibétains qui se sont à ce jour immolés en résistance à la répression de Pékin et afin d’appeler pour la liberté au Tibet et pour le retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama.

Traduction France Tibet