Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

22/12/19 | 21 h 16 min par Ted Regencia

Kuala Lumpur, Malaisie : Les musulmans exhortés à boycotter les produits chinois en raison des «abus» à l’encontre des Ouïghours

Lors d’un sommet en Malaisie, un prédicateur influent a déclaré que les dirigeants du monde musulman devraient exercer davantage de pression sur Pékin.  Les pays musulmans devraient lancer un boycott des produits chinois, a déclaré un prédicateur malaisien influent, appelant à la fin de la détention des Ouïghours de souche, dont au moins un million seraient détenus contre leur gré dans la province chinoise du Xinjiang.

Mohd Asri bin Zainul Abidin, le plus grand juriste islamique de l’État malaisien de Perlis, a déclaré que les dirigeants politiques et religieux du monde musulman devraient exercer plus de pressions économiques et diplomatiques sur Pékin pour son traitement et les allégations de violations des droits de l’homme du groupe musulman minoritaire vivant dans sa Province de l’ extrême ouest.  » Nous devons aller jusqu’à boycotter les produits chinois. Ils connaissent la force de notre pouvoir d’achat « , a déclaré Mohd Asri à Al Jazeera en marge d’un sommet des pays à majorité musulmane dans la capitale malaisienne, Kuala Lumpur.

 » La décision devrait être prise au plus haut niveau des pays musulmans et des ulama [érudits et gardiens religieux]  » pour aborder la question ouïghoure, a déclaré Mohd Asri, qui avait précédemment déclaré aux participants au sommet que près de deux milliards de musulmans devraient assouplir leurs muscles économiques pour influencer les politiques du monde entier.

 » Nous devons faire quelque chose, car ils [les Ouïghours] sont nos frères et sœurs « , a-t-il ajouté.

La plupart des États membres de l’Organisation de coopération islamique (OCI) ont été la cible de critiques de la part des défenseurs des droits des Ouïghours pour leur « silence » sur la question ouïghoure.

La détresse des Ouïghours
En juillet, plus de 20 pays ont voté pour la première fois une résolution devant le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies appelant à la fin des détentions massives de Ouïghours au Xinjiang.

Mais 14 États membres de l’OCI se sont joints à 23 autres pays pour se ranger du côté de la Chine, saluant ses « réalisations remarquables dans le domaine des droits de l’homme ».

En novembre, Dolkun Isa, un haut dirigeant des Ouïghours exilés en Europe, a déclaré qu’il n’y avait aucune excuse pour le silence du monde et a également appelé les pays à rompre les liens commerciaux avec Pékin.

Mardi, Charles Santiago, membre du Parlement malaisien de la coalition au pouvoir, avait lors du sommet de Kuala Lumpur, exhorté les dirigeants à soulever la question ouïghoure.

Parmi les pays à majorité musulmane, la Malaisie était le premier partenaire commercial de la Chine en 2018, avec environ 45,8 milliards de dollars d’exportations, selon le Centre du commerce international de Genève.

Pendant ce temps, la Chine a enregistré 76,9 milliards de dollars d’exportations en 2018 vers l’Inde, qui compte 200 millions d’habitants de minorités musulmanes.

Selon un rapport de l’ONU, environ un million d’Ouïghours sont détenus au Xinjiang.

Cependant, Randall Schriver, le plus haut responsable américain de la défense en charge de l’Asie, a déclaré en mai que le chiffre était « probablement plus proche de trois millions de citoyens » – représentant près d’un tiers des 10 millions d’habitants ouïghours.

image : CHINE-ÉCONOMIE-FABRICATION
Cette photo prise le 23 mai 2019 montre des travailleurs vérifiant les aérosols dans une usine qui produit pour l’exportation vers le Brésil, l’Argentine, le Chili, l’Égypte, l’Inde et d’autres pays, à Dongyang, dans la province orientale du Zhejiang en Chine.
STR / AFP [AFP]

Traduction France-Tibet