Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

29/11/20 | 15 h 18 min par NAMGYAL DOLMA Dharamshala, India 28 NOVEMBER 2020

KUNDO / TIBET : Rinchen Tsultrium, moine tibétain arrêté en VIOLATION DES ARTICLES 4 et 33 de la Constitution de la République Populaire de Chine.

Rinchen Tsultrium, a Tibetan monk from Kundo in Ngaba County of Amdo, in Tibet. Photo: TPI

 

Dharamshala, Inde –

Rinchen Tsultrium, un moine tibétain de Kundo de la Région de Ngaba dans l’Amdo, au Tibet, a été arrêté dans la nuit du 1er août 2019 ainsi que deux autres moines. Les deux compagnons ont été libérés, après un certain temps, et sont retournés au monastère. Rinchen Tsultrium a été retenu en détention en raison de ses échanges et de ses écrits avec des Tibétains de l’étranger concernant les problèmes du Tibet .

Selon une source fiable, il a été emprisonné à Ngaba, Bakham et depuis sa famille et ses proches n’ont plus de nouvelles. Son arrestation serait liée à ses activités en 2018. Il a été arrêté à deux reprises avec son jeune frère Norbu Tsering en 2018 pour avoir discuté de problèmes tibétains avec un Tibétain habitant à l’étranger.

La police chinoise en a été informée lorsqu’elle a saisi son téléphone portable et l’a confisqué. Il a été arrêté et interdit d’utiliser WeChat , une application de messagerie chinoise populaire. En 2019, à l’occasion du 11e anniversaire de Sa Sainteté le Panchen Lama, il s’est entretenu avec un Tibétain vivant à l’étranger pendant plus de deux heures, qui ont été écoutées par les autorités chinoises, selon une source du journal Tibet Post International,  s’exprimant sous couvert d’anonymat.Il est également accusé d’importer des scripts rares et importants de l’extérieur du Tibet et de les diffuser dans de nombreuses régions du Tibet via les bureaux de poste. Il a également été blâmé pour avoir écrit de nombreux sujets liés au Tibet sur son blog personnel, «Chetawa», qui a également été fermé plus tard. Auparavant, il avait publié sur les réseaux sociaux WeChat, lors de conférences éducatives des photos de sa jeune sœur Kunsang Dolma, étudiante en Inde.

Les autorités chinoises l’ont impliqué en qualifiant l’acte « d’activité politique « , comme l’ont rapporté les sources. Depuis lors, il était sous la surveillance étroite des autorités chinoises locales et chacun de ses mouvements était restreint. Sa familles et ses amis sont très préoccupés de sa situation et de son état de santé. Sa famille étant issue d’un milieu agricole très humble, n’a rien pu faire, et n’a pas entendu parler de son emprisonnement par les autorités chinoises.

Rinchen Tsultrium est un moine de 29 ans du Sichuan, Amdo Nagaba issu d’une humble famille d’agriculteurs du village de Kashul. Il a étudié les grandes philosophies de la secte Bon. Il étudie au monastère de Nanshig, l’un des plus grands centres d’études de Bon depuis l’âge de six ans. Son père Tashi Dhondup a 68 ans et sa mère Tsomo 57 ans. Ses frères et sœurs sont Dukmo Kyi, Kunsang Dolma, Norbu Tsering et Phulrab Tso. C’est un homme intelligent et travailleur depuis tout jeune. Il aime le raisonnement et les philosophies logiques. Il est particulièrement préoccupé par la langue tibétaine et le peuple tibétain. Il est investi dans l’actualité internationale, l’histoire et est très ouvert d’esprit. Le jeune moine est apprécié de tous, en particulier des gens du monastère et de sa ville.

C’est quelqu’un qui pense que les connaissances traditionnelles tibétaines et l’éducation moderne apporteront de grands changements pour le bien. Il reconnaît en outre que les normes qui ne profitent pas et ne résonnent pas avec les modes et la pensée modernes devraient être corrigées. Il reconnaît que pour l’avenir du Tibet,  il est bon de se spécialiser dans la langue tibétaine. De plus le fondement du savoir traditionnel devrait être une base. Son idée pour que les gens protègent leur propre langue serait de développer du patriotisme et de la connaissance. Ainsi, à travers tous ses écrits, discussions et entretiens, on pourrait clairement diffuser son amour sans limite pour son pays, le Tibet,

Depuis son arrestation le 1er août 2019, c’est à dire plus d’un an et sept mois, ses peines ne sont toujours pas précisées. Il n’y a, à ce jour, absolument rien de clair de la part des autorités chinoises, sur les raisons de sa détention. Cependant, la famille de Rinchenun a reçu un avis émis par les autorités, le 23 mars 2020. L’avis émis par l’article 124 (Tribunal populaire local) indique qu’il a violé la loi constitutionnelle chinoise * le qualifiant d’anti-nationaliste. Sauf que personne ne sait s’il est encore en vie, ne sait rien de son état de santé et de son lieu de détention.

Traduction France-Tibet

 

  Lien Constitution de la RPC : https://chine.in/guide/constitution-republique-populaire_3258.html

* « Article 4 : Toutes les ethnies de République populaire de Chine sont égales. L’Etat protège les droits et intérêts légitimes de toutes les ethnies, maintient et développe des relations inter-ethniques fondées sur l’égalité, la solidarité et l’entraide. Toute discrimination ou oppression d’une ethnie, quelle qu’elle soit, est interdite ; tout acte visant à briser l’unité nationale et à établir un séparatisme ethnique, est interdit.
Tenant compte des particularités de chaque ethnie minoritaire, l’Etat aide les régions d’ethnies minoritaires à accélérer leur développement économique et culturel.
Les régions où se rassemblent les minorités ethniques appliquent l’autonomie régionale ; elles établissent des organes administratifs autonomes et exercent leur droit à l’autonomie. Aucune des régions d’autonomie ethnique ne peut être séparée de la République populaire de Chine.
Chaque ethnie a le droit d’utiliser et développer sa propre langue et sa propre écriture, a le droit de conserver ou réformer ses us et coutumes. »

*Chapitre II : Droits et devoirs fondamentaux des citoyens.

…Article 33 : Est citoyen de la République populaire de Chine tout individu qui a la nationalité de la République populaire de Chine.
Tous les citoyens de la République populaire de Chine sont égaux devant la loi.
Tout citoyen bénéficie des droits fixés par la Constitution et la loi ; il doit, et en même temps il a le devoir de se plier aux exigences prévues par la Constitution et la loi.
L’Etat respecte et protège les droits de l’homme.

Article 34 : Tout citoyen de la République populaire de Chine ayant 18 ans révolus, quels que soient son ethnie, sa race, son sexe, sa profession, son origine familiale, sa religion, son niveau d’éducation, sa fortune, sa durée de résidence, a le droit d’élire et d’être élu, sauf celui que la loi a privé de ses droits politiques.

Article 35 : Les citoyens de la République populaire de Chine disposent de la liberté de parole, de presse, de réunion, d’association, de défilé et de manifestation.

Article 36 : Les citoyens de la République populaire de Chine jouissent de la liberté de religion.
Aucun organisme d’Etat ni aucun groupement social ni aucun individu ne peuvent forcer un citoyen à avoir ou à ne pas avoir de religion, ni faire de discrimination à l’égard d’un croyant ou d’un non-croyant.
L’Etat protège les pratiques religieuses ordinaires. Aucun individu ne peut utiliser la religion aux fins de troubler l’ordre social, la santé des citoyens, nuire au système éducatif de l’Etat.
Les groupements religieux et les affaires religieuses ne doivent subir aucune domination étrangère.

Article 37 : La liberté individuelle des citoyens de la République populaire de Chine est inviolable.
Aucun citoyen ne peut être arrêté sans l’approbation ou la décision d’un parquet populaire, ou sans la décision d’une cour populaire de justice ; toute arrestation est effectuée par les organes de la Sécurité publique.
Sont interdits toute incarcération illégale ou tout autre moyen illégal privant de ou entravant la liberté individuelle des citoyens, et toute fouille corporelle illégale.

Article 38 : La dignité personnelle des citoyens de la République populaire de Chine est rigoureusement inviolable. Tout procédé visant à outrager, diffamer ou accuser faussement les citoyens est interdit.

Article 39 : Le domicile des citoyens de la République populaire de Chine est inviolable. Il est interdit de perquisitionner ou de pénétrer illégalement dans le domicile d’un citoyen. »

etc…etc…