Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

09/10/15 | 17 h 29 min

La Chine détient un manifestant tibétain de 15 ans, des détails sur d’autres manifestants précédemment détenus nous parviennent

Lobsang_Jamyang

Lobsang Jamyang

Note de France Tibet : Le black-out qui sévit au Tibet jusqu’à la fin octobre, du fait des commémorations du « 50ème anniversaire de la fondation de la Région Autonome du Tibet », que Pékin souhaite marquer avec fastes – militaires -, ne nous permet pas d’aobtenir beaucoup d’ informations en direct,  comme vous avez sans doute pu le remarquer ces derniers temps.

Les compte rendus d’actions  nous arrivent au compte-gouttes et nous apprenons avec un mois de retard que de nouvelles arrestations ont eu lieu.  Avec le rétablissement des communications, nous craignons que les nouvelles ne soient pas vraiment bonnes dans les jours à venir. La Chine pratique, de manière très radicale, une coupure systématique du courant, réseau et moyens de communications sur des événements sensibles dont elle ne pourrait gérer les débordements, et même s’ils sont assez isolés depuis le début juillet, ceux-ci sont de plus en plus nombreux.

Les forces de sécurité chinoises viennent d’arrêter, à nouveau arbitrairement,   un moine tibétain du monastère de Kirti dans le comté de Ngaba, de la province tibétaine de l’Amdo.

Lobsang Jamyang, 15 ans, a été arrêté vers 16 h, heure locale, le 13 septembre 2015, tandis qu’il effectuait une manifestation pacifique seul le long de la route principale de la ville du Comté de Ngaba.

« Lobsang Jamyang a crié des slogans appelant à la liberté du Tibet et au retour du Dalaï Lama, tandis qu’il marchait de Pawo Sranglam (Route des Martyrs) à la route principale de Ngaba », déclarait une source ayant des contacts proches à Ngaba. Arrêté quelques minutes après le début de sa protestation , il a été emmené vers une destination inconnue. Son lieu de détention et son état actuel restent inconnus.

Les Tibétains locaux font référence au tronçon de route qui mène à la route principale de la ville du Comté de Ngaba comme « Pawo Sranglam » depuis que Tapey,  moine au monastère de Kirti, s’ y soit immolé le 27 février 2009 : première immolation au Tibet.

Depuis, un certain nombre d’immolations et autres manifestations pacifiques  se sont succédées sur cette Route des Martyrs.

Lobsang Jamyang , fils de M. et Mme Choephel Tsomo de la famille Bhachoetsang, est né et a grandi au village nomade n° 2 de la ville de Meruma dans le Comté de Ngaba.  Dès son jeune âge, il est devenu moine au monastère de Kirti. Au moment de son arrestation, il était en classe élémentaire du cours de bouddhisme.

TCHRD (le centre tibétain pour les droits de l’Homme et la Démocratie) a également identifié deux manifestants qui ont été arrêtés aux alentours de midi le 10 septembre dans la ville du Comté de Ngaba. Les manifestants, Thinley et Lobsang, avaient organisé une manifestation pacifique contre la domination chinoise en appelant à « la liberté au Tibet » et à « longue vie du Dalaï Lama ». Les deux sont détenus dans un lieu inconnu et leur famille et amis n’ont aucune information sur leur état.

Une photo obtenue par TCHRD montre Thinley et Lobsang brandissant des portraits du Dalaï Lama. Bien que leurs âges exacts restent inconnus pour le moment, la photo des garçons montre un âge ressemblant à un début d’adolescence.

TCHRD a signalé plus tôt ​​la détention de Thinley et Lobsang, mais n’a pas pu confirmer leurs identités. En raison de la forte présence de la police armée et du système de surveillance sophistiqué dans la région de Ngaba, il est devenu plus facile pour les autorités de se saisir des manifestants tibétains avec ou sans la connaissance de témoins. De nombreuses détentions et arrestations arbitraires de Tibétains ne sont pas signalées ou restent inconnues en raison de la crainte de représailles. De plus, le fait de partager des informations sur les violations des droits de l’ Homme avec les étrangers est devenu un crime.

Thinley est le fils de la famille Tsuritsang et Lobsang est le fils de la famille Tsitoetsang. Les deux familles appartiennent au village de Soruma du canton de Choejema du Comté de Ngaba.

La situation reste tendue à Ngaba avec le déploiement de forces de sécurité supplémentaires au cours du mois passé. Depuis le 10 septembre, toutes les lignes Internet dans le comté de Ngaba sont bloquées, sauf pour les bureaux et les institutions gouvernementales.

France Tibet