Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

02/04/15 | 12 h 06 min

La Chine dit non à un consulat indien à Lhassa, l’Inde devra se contenter de Chengdu.

La Chine a rejeté la demande de l’Inde d’installer un consulat dans la capitale tibétaine sous surveillance : Lhassa. À la place, la Chine a proposée à l’Inde la mégalopole de Chengdu, capitale de la province du Sichuan fortement industrialisée, aux portes du Tibet.

En échange, l’Inde a permis à la Chine de mettre en place son troisième consulat à Chennai dans l’Inde du sud. La Chine étant le premier partenaire commercial de l’Inde, des responsables indiens ont mentionnés qu’un consulat au Tibet aiderait le commerce bilatéral et les pèlerinages, comme le pèlerinage du mont Kailash.

L’Inde va ouvrir son troisième consulat en Chine dans la ville de Chengdu, après sa proposition de rétablir une mission dans la capitale tibétaine de Lhassa. L’Inde était présente à Lhassa à travers une Mission ouverte en 1947 puis un Consulat général en 1952 avant d’être fermée en 1962 après une brève guerre entre les deux pays (Guerre sino-indienne).

L’accord de mettre en place leurs consulats respectif à Chengdu et à Chennai a été obtenu après que les deux parties aient convenu d’améliorer leurs relations diplomatiques lourdement aggravées par la croissance du commerce et des investissements.

En plus de son ambassade à Pékin, l’Inde compte actuellement un consulats à Shanghai et à Guangzhou. La Chine elle compte deux consulats à Bombay et Calcutta en dehors de son ambassade à New Delhi. L’annonce officielle de cette échange sera faite par le Premier ministre indien Narendra Modi lors de sa prochaine visite à Pékin en mai.

La Chine a également accepté d’ouvrir une nouvelle route pour les pèlerins indiens qui souhaite se rendre au mont Kailash-Mansarovar depuis Nathu La Pass dans le Sikkim.

Le Népal est le seul pays à avoir obtenu un consulat à Lhassa. Les Etats-Unis, en 2008 et 201, ont poussé pour la création d’un consulat à Lhassa, mais le Gouvernement Chinois n’a pas donné suite.

En Juillet 2011, la commission des affaires étrangères des États-Unis à chargé le Secrétaire d’Etat américain à interdire l’implantation de nouveau consulats aux États-Unis jusqu’à ce que la Chine permette la création d’un consulat américain à Lhassa.

La Chambre des représentants des États-Uni en 2009 avait adopté une loi autorisant l’établissement d’un consulat américain au Tibet et permettant également la création d’une « Section Tibet » à l’ambassade américaine à Pékin.

La commission de la Chambre, dans sa Loi sur les relations étrangères actée en 2012, précise que «Le Secrétaire doit chercher à établir un consulat des États-Unis à Lhassa, au Tibet, pour fournir des services aux citoyens des États-Unis voyageant au Tibet et à surveiller les développements politiques, économiques et culturels au Tibet, y compris les régions tibétaines du Qinghai, du Sichuan, du Gansu et du Yunnan et, jusqu’à ce consulat soit établi, ne doit pas permettre la mise en place de tout consulat supplémentaire de la République populaire de Chine aux Etats-Unis « .

Les États-Unis possèdent actuellement cinq consulats en Chine continentale, en plus de leur ambassade à Pékin. Ils sont présent à Chengdu, Guangzhou, Shanghai, Shenyang et Wuhan.

En plus de son ambassade à Washington et sa mission de l’ONU à New York, la Chine possède elle cinq consulats aux États-Unis à New York, Chicago, San Francisco, Los Angeles et Houston.

Notons que la France en dehors de son ambassade également présente à Pékin possède six consulat, Canton, Chengdu, Shanghai, Shenyang, Wuhan et Hong-Kong. La Chine elle est présente en France à Paris pour son ambassade et à Marseille, Strasbourg, Lyon et Saint-Denis (île de la Réunion) pour ses consulats.