Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

29/11/16 | 12 h 45 min

La Chine n’imposera pas de sanctions économiques à la Mongolie après la visite du Dalai Lama

Sa Sainteté le Dalai Lama profite d'un moment de rire alors qu'il répondait aux questions du public lors de sa conférence à la Maison de la Culture d'Oulan-Bator, le 22 octobre 2016. Photo Tenzing Paljor.

Sa Sainteté le Dalai Lama profite d’un moment de rire alors qu’il répondait aux questions du public lors de sa conférence à la Maison de la Culture d’Oulan-Bator, le 22 octobre 2016. Photo Tenzing Paljor.

Malgré la forte opposition de la Chine à la visite du Dalai Lama en Mongolie, il semble que le pays ait trop d’enjeu dans la région pour être en mesure d’imposer de nouveau des sanctions à Oulan- Bator. Le journal chinois Global Time indiquait le 20 novembre dernier que des experts pro-gouvernementaux avaient exposé que les relations sino-mongoles allait probablement se refroidir à cause de la visite du 14ème Dalai Lama en Mongolie mais que l’on s’attendait à ce que la coopération économique entre les deux pays, incluant un prêt de 4,2 milliards de dollars, ne s’arrête pas.

L’article notait également que la Mongolie était toujours en négociation avec la Chine pour l’accord sur ce prêt.

« La visite du Dalai Lama en Mongolie va certainement impacter les relations d’échange que la Chine et la Mongolie ont construites grâce à l’initiative Belt and Road » a indiqué Da Zhigang, directeur de l’Institut des Etudes Nort-Est-Asiatique à l’Académie des Sciences Sociales de Heilongjiang.

Il a expliqué néanmoins que la coopération bilatérale entre les deux pays allait continuer, ceci incluant le prêt et la construction d’un couloir économique Chine/Mongolie, le premier mécanisme de coopération commerciale multilatérale issu de l’initiative Belt and Road.

La Chine avait déjà imposé des sanctions économiques à la Mongolie en 2006 et 2011 pour avoir autorisé des visites du leader spirituel tibétain en exil. Cependant, cette fois « il est peu probable que la Chine prenne des sanctions économiques car le pays a besoin de maintenir des liens solides avec la Mongolie, qui entretient une bonne relation avec les États-Unis, la Corée du Nord et le Japon, jouant un rôle important dans l’Asie du Nord » a ajouté Da Zhigang.

L’agence officielle chinoise Xinhua, citant le porte parole du ministère des affaires étrangères Geng Shuang, a quant à elle indiqué le 2 novembre qu’en dépit des dissuasions répétées de son pays, les Mongols avaient insisté pour inviter la Dalai Lama.

Geng a indiqué que la Chine avait vivement conseillé à la Mongolie de « reconnaître la nature séparatiste du Dalai Lama et de sa clique, de montrer du respect aux intérêts centraux de la Chine et de prendre des mesures efficaces pour réduire l’impact négatif de la visite du Dalai Lama pour éviter de perturber le bon développement des relations Chine-Mongolie. »

Source : TibetanReview.net, le 22 Novembre 2016. Traduit par François Gremaud pour France-Tibet.