Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

11/04/15 | 11 h 22 min

La Chine prévoit de construire une liaison ferroviaire grande vitesse entre le Tibet et le Népal à travers l’Everest

traversée everest

La Chine ne recule jamais devant la mégalomanie et les projets pharaoniques, après le détournement de grands fleuves,  Pékin  s’attaque à transpercer le Mont Everest, quitte à en oublier les désastres écologiques collatéraux… Le tout dans un but évident de sinisation de l’Himalaya et d’un rapprochement stratégique vers l’Inde.

La Chine envisage de construire une liaison ferroviaire stratégique à grande vitesse, longue de 540 km  entre le Tibet et le Népal; et ce en perçant un tunnel sous le Mont Everest, un projet qui pourrait  sonner l’alarme en Inde,  à propos d’une influence croissante du géant communiste dans son voisinage.

« Un projet d’extension du chemin de fer Qinghai-Tibet vers la frontière sino-népalaise à travers le Tibet permettrait de stimuler le commerce bilatéral et le tourisme compte tenu du fait  qu’il n’existe actuellement aucune liaison ferroviaire entre les deux pays « ,  annonçait ce  8 avril 2015,  le China Daily reported.

La ligne de chemin de fer devrait être livrée d’ici 2020. Cependant, il n’y a aucun commentaire sur le coût de ce projet.

Le chemin de fer Qinghai-Tibet long de 1956 km relie déjà la capitale tibétaine Lhassa au reste de la Chine et bientôt bien au-delà.

Wang Mengshu, un expert ferroviaire la Chinese Academy of Engineering, a déclaré que les ingénieurs devront faire face à un certain nombre de difficultés une fois le projet engagé…

« Si le projet devient réalité, le commerce bilatéral, en particulier celui  des produits agricoles, bénéficiera d’un véritable coup de pouce, avec le tourisme et les échanges de peuple à peuple », ajoutait-dit.

« Les changements d’altitude le long de la ligne sont très important. La ligne devrait probablement devoir passer par le Qomolangma qui obligerait les ouvriers à devoir creuser de très longs tunnels », a déclaré Wang. Qomolangma est le nom tibétain pour la montagne du Mt Everest.

Retenu par des montagnes escarpées de l’Himalaya avec ses changements «remarquables» d’altitude, le train sur cette ligne ne pourrait probablement pas dépasser une vitesse maximale de 120 km/ h.

L’ingénieur Wang indique que le projet a été entrepris à la demande du Népal et que la Chine a déjà commencé les travaux préparatoires.

Lobsang Gyaltsen, Président de la Région autonome du Tibet, a déclaré au président népalais Ram Baran Yadav lors de sa visite dans la capitale de la province du Tibet Lhassa, le mois dernier, que la Chine prévoit déjà d’étendre le chemin de fer du Tibet à Kermit, la ville chinoise la plus proche de la frontière du Népal, où une zone de commerce frontalier a été construite.

Outre le Népal, la Chine avait déjà des plans pour étendre son réseau ferroviaire tibétain jusqu’au Bhoutan et jusqu’à l’Inde afin de créer un réseau de circulation dans l’Himalaya.

Lors de sa récente visite au Népal, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a demandé aux fonctionnaires de mener une étude de faisabilité pour étendre le réseau ferroviaire à Katmandou voir au-delà.

Hu Shisheng, directeur de l’Institut chinois des relations internationales, a déclaré aux médias officiels  que l’objectif de la ligne ferroviaire est simplement d’améliorer les économies locales et le niveau de vie de la population.

La Chine a déployé avec le Népal tous les moyens possibles, et ce au grand dam de l’Inde, pour endiguer le flux des Tibétains transitant par le Népal pour rencontrer le dalaï-lama à Dharamsala.

Pékin a récemment accru son aide annuelle au Népal, passant de 24 millions précédemment à 128 millions de dollars cette année.

traduction France-Tibet

everest