Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

29/01/16 | 13 h 42 min

La Chine sévit contre les efforts de maintien de l’ héritage linguistique des Tibétains

 

Des autorités chinoises de Pema, village de la Préfecture de Golog , dans la province de Qinghai, ont  clairement interdit aux Tibétains locaux de faire fonctionner des ateliers améliorant leurs connaissances et leurs compétences dans l’usage de leur propre langue. En effet, les autorités chinoises suggéraient que de telles réunions relevaient du statut d’ association illégale. Par ailleurs, la tenue de classes privées pour  c etenseignement de la  langue tibétaine, dans beaucoup de communes de la région, a été réalisée en secret, en raison de la désapprobation officielle et des mesures de répression visant de tels efforts volontaires,  rapportait Radio Free Asia, le 20 janvier dernier.

Ainsi, la langue du Tibet a été réduite à n’ être enseignée qu’ en tant que sujet de langue seulement et ce dans un système éducatif par ailleurs totalement altéré. Les Tibétains ont alors tenu des ateliers autour de leur propre langue et organisé des cours pendant les vacances scolaires; ainsi que des heures hors du temps scolaire; afin de préserver leur héritage linguistique. Mais la Chine a sévi contre de tels efforts au cours des dernières années, fermant des classes et sanctionnant leurs organisateurs et professeurs.

« Dans le climat restrictif de cette année, beaucoup de nos ateliers annuels de langue tibétaine  n’ ont pu  être tenus. Dans certaines communes, les programmes d’études de langue tibétaine fonctionnent dans le secret »  selon un  rapport citant une source locale s’exprimant sous couvert d’anonymat.

Ainsi, le rapport explique qu’au cours des sept dernières années, le programme – Save the Language Association ; Programme d’initiatives volontaires locales –  organisait durant un mois, pendant les vacances d’hiver, un stage intensif de langue tibétaine pour les étudiants de tous âges, dans les écoles de la région. Mais des déclarations publiques récentes; émanant d’ officiels chinois, considèrent de tels groupes d’études comme «  des associations illégales « ,  encourant des  risques de détention ou d’arrestation, toujours selon ce rapport.

En effet, ce dernier nous montre que les mesures de répression à l’ encontre de l’ étude de la langue faisaient partie d’une répression globale visant les Tibétains. Cette répression inclut aussi l’interdiction des images  représentant le le Dalaï-lama, leader spirituel banni du Tibet, ainsi que des restrictions pour tous les rassemblements publics organisés par des monastères lors de prières .

Le rapport note aussi  qu’il y a deux ans, les autorités chinoises de la région de Pema avaient contraint des monastères de la région ainsi que des résidents, à s’engager à être fidèles au Parti Communiste Chinois ( PCC). En outre, les autorités faisaient subir des contrôles stricts et imposants sur les flux médiatiques de la région ainsi que sur l’identification des moines.

Les efforts de la Chine pour forcer les Tibétains à adopter l’identité culturelle et nationale chinoises, à l’ encontre de leurs valeurs traditionnelles principales, ont été nombreux, souvent à grande échelle. En conséquence, de plus en plus de protestations apparaissent dans de nombreuses régions tibétaines historiques aujourd’hui devenues des régions appartenant à la République Populaire de Chine.

Traduction France Tibet