Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

14/09/16 | 9 h 53 min par Lobsang Wangyal

La Conférence des Groupes de Soutien au Tibet demande à la Chine de reprendre le dialogue pour l’autonomie du Tibet

From left: Master of Ceremony, Aurora Delcroix; Member of European Parliament, Csaba Sogor; Vice President of the German Parliament, Claudia Roth; Sikyong of the Central Tibetan Administration, Lobsang Sangay; Speaker of the Tibetan Parliament-in-exile, Khenpo Sonam Tenphel; and, Secretary of the Department of Information and Internatinal Relations, CTA, Sonam Norbu Dagpo, after the closing session of the Seventh Tibet Support Groups Conference in Brussels, Belgium, on 10 September 2016.

Photo : Lobsang Wangyal

Photo : de gauche à droite : Maître de cérémonie, Aurora Delcroix ; Membre du Parlement européen, Csaba Sogor ; Vice-président du Parlement allemand, Claudia Roth ; Sikyong de l’Administration centrale tibétaine, Lobsang Sangay ; Président du Parlement en exil tibétain, Khenpo Sonam Tenphel ; et le Secrétaire du Département de l’information et des relations internationales, le CTA, Sonam Norbu Dagpo ; après la séance de clôture de la septième Conférence Internationale des Groupes de Soutien au Tibet, Belgique, le 10 septembre 2016.

Par Lobsang Wangyal

BRUXELLES, Belgique, le 10 septembre 2016.

250 délégués issus de 50 pays ont discuté pendant les trois jours de la septième Conférence Internationale des Groupes de Soutien au Tibet à Bruxelles, en Belgique. Ils ont exprimé de vives préoccupations sur l’aggravation de la situation des droits de l’homme au Tibet, en réaffirmant leur attachement à la cause tibétaine jusqu’à ce qu’une solution satisfaisante soit obtenue.

Les membres ont exprimé leur solidarité avec la lutte non-violente du peuple tibétain pour la liberté et pour la restauration de leurs droits fondamentaux. Ils ont également appelé le gouvernement chinois à reprendre sans condition le dialogue avec le représentant du Dalaï Lama et de répondre positivement aux efforts visant à rechercher une solution mutuellement bénéfique grâce à un compromis qui appellerait à une véritable autonomie pour l’ensemble du peuple tibétain.

Les membres ont exhorté les gouvernements à résister à la pression du gouvernement chinois, à savoir, d’approuver la demande de la Chine au Tibet, et de convaincre les dirigeants de la Chine d’abandonner leurs conditions éhontées.

Outre les préoccupations sur la répression de la liberté religieuse et la suppression de l’identité nationale tibétaine et de sa langue sous un régime de plus en plus autoritaire, la conférence a appuyé largement sur la préoccupation quant à l’impact des politiques de la Chine sur l’environnement fragile et vitale à l’échelle mondiale du Tibet. Notamment avec la construction de barrages, les activités minières et le règlement coercitif des nomades, qui tous, exacerbent les impacts du changement climatique au Tibet et dans les régions environnantes.

Saluant la participation des avocats chinois, des universités et des militants des droits de l’homme, la conférence a souligné l’engagement, la compréhension et la solidarité de plus en plus grandissante entre les Chinois et les Tibétains.

Claudia Roth, vice-présidente du Parlement allemand était l’invité d’honneur à la cérémonie de clôture, et a longuement parlé sur l’appui de la cause tibétaine : « Je soutiens le peuple tibétain, je soutiens la résistance non-violente du Tibet, de ma plus profonde conviction et basée sur une compréhension irrévocable des droits de l’homme comme étant le fondement universel et indivisible de toutes nos vies ».

Cette septième Conférence Internationale des Groupes de Soutien au Tibet a été organisée par le Groupe d’intérêt du Tibet au Parlement européen, et co-organisée par la Campagne internationale pour le Tibet, Lumières sur le Tibet, les Amis du Tibet, et la Communauté tibétaine en Belgique.

Le Département de l’information et des relations internationales de l’Administration centrale tibétaine a coordonné la conférence.

Traduction France Tibet