Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

30/11/15 | 9 h 47 min

La délégation tibétaine du « 3ème pôle » arrive à Paris

T3P-GENERAL_SocialShare_FR

La délégation du Tibet exige une action forte face aux désordres climatiques

La délégation du Tibet ainsi que des partisans tibétains sont actuellement en train de se joindre aux milliers d’activistes en faveur de l’environnement et des Droits de l’Homme. Ils se réunissent à Paris lors de la Conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques, la COP21. De même que les Nations insulaires arctiques et du Pacifique, le Tibet est en première place face aux changements climatiques mondiaux. En effet, le Tibet se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde. L’augmentation des températures, la modification des modèles de précipitation, la fonte des glaciers et le climat extrême affectent directement les Tibétains ainsi que la faune, la flore et tous les autres écosystèmes du Tibet.

« Nous sommes ici à Paris, pour montrer la solidarité tibétaine et pour se joindre à une avancée majeure, à un accord fort sur le climat à Paris. Nous sommes ici pour demander une insertion majeure des politiques qui protègent entièrement les Droits de l’Homme et renforcent l’efficacité à long terme des actions face au réchauffement climatique,» annonça Norzin Wangmo, de l’Association tibétaine des Femmes.

« Le Tibet est aussi fragile que l’Arctique, mais le réchauffement climatique avance désormais deux fois plus vite au Tibet qu’au niveau mondial. Le plateau tibétain doit être protégé car c’est une région vulnérable. Mais la Chine méprise totalement ce lieu si unique en construisant des centaines de méga-barrages et en étudiant un large panel de projets miniers destructifs qui détruirait cet écosystème exceptionnel et si important. »

Ainsi, depuis l’invasion du Tibet en 1949, les Tibétains ont été exclus de pouvoir gouverner ce fragile plateau tibétain, connu souvent comme « le Troisième Pôle » en raison des nombreux champs de glace qui contiennent la majeure partie des réserves d’eau douce en dehors des régions polaires. En effet, le Tibet est la principale source des dix systèmes fluviaux principaux d’Asie, fournissant l’irrigation, le pouvoir et l’eau potable, à plus de 1.4 milliards de personnes en Asie – presque 20 % de la population mondiale.

« Les politiques de la Chine concernant le développement d’infrastructures, de centres miniers -à l’instar de l’urbanisation rapide de ce pays- ont aggravé la dégradation environnementale, ce qui est en train d’affecter la quantité et la qualité des prairies et des ressources en eau du Tibet, » exprima Dhondup Phuntsok, membre de l’association Française d’Étudiants pour un Tibet libre.

« Cette importante délégation tibétaine à Paris analysera les solutions possibles pour que le peuple tibétain -particulièrement les paysans nomades tibétains- soit impliqué dans la prise de décisions et le management des ressources naturelles du plateau. »
« L’impact du changement climatique et la dépression écologique au Tibet ne sont pas des problèmes régionaux, ils le sont aussi au niveau mondial. Ainsi, face à l’appel de l’Action Climatique pour le Tibet entendu à Paris, des Tibétains et partisans du Tibet Libre du monde entier ont manifesté dans la rue en tenant des banderoles: Marches contre les nombreux désordres du Réchauffement Climatique. » déclara Mandie McKeown, Coordinateur de Campagnes pour le Réseau du Tibet au niveau International.

« De l’Australie au Royaume-Uni, de l’Inde au Mexique, nous ainsi que les militants tibétains, avons tous en commun l’ambition d’un nouvel accord sur le changement climatique. »

Par conséquent, la campagne « Le 3ème pôle du Tibet » invite les leaders mondiaux à s’engager face à l’urgence des problèmes climatiques, et particulièrement:

– Pour étudier un accord obligatoire à Paris qui limitera le réchauffement climatique à 1.5 degrés et conserverait ainsi le respect des Droits de l’Homme, en reconnaissant et en coopérant avec la connaissance et les pratiques indigènes pour s’adapter et atténuer les changements climatiques.

Pour appeler la Chine à interrompre ses politiques environnementales irresponsables au Tibet. La Chine doit cesser la construction de méga-barrages sur les sources asiatiques et donner l’intendance des prairies du Tibet aux paysans nomades tibétains.
Nous recommandons vivement aux 10 nations asiatiques en aval du Tibet de former un forum multilatéral faisant pression sur la Chine pour demander une trêve immédiate relative à tous les projets concernant les barrages et les centres miniers au Tibet. Cela conduirait à un partage de l’eau plus sécurisé dans le Sud et le Sud-Est de la région asiatique sauvegardant ainsi la nourriture, l’eau et la sûreté écologique et économique du pays tibétain.

Traduction de Marie CLERGEAU pour France Tibet