Le premier site d'actualité sur le Tibet

www.tibet.fr

21/03/19 | 10 h 36 min par Peter Martin / traduction France Tibet

La diplomatie chinoise montre ses crocs …


Les diplomates chinois ne sont pas tr
ès diplomatiques.

 

Au cours des derniers mois, l’envoyé chinois au Canada a accusé publiquement ses hôtes de “ suprématie blanche ”, l’ambassadeur de Chine en Suède a qualifié la police suédoise d’inhumaine ” et a torpillé l soi-disant liberté d’expression ” du pays. Son principal émissaire sud-africain a déclaré que la politique du président Donald Trump faisait des Etats-Unis l’ennemi du monde entier  ”.

Je ne pense pas que nous assistions à un ensemble de fausses déclarations ou de dérapages verbaux“ a dit Ryan Hass, membre de la Brookings Institution qui avait auparavant supervisé les affaires chinoises au Conseil de sécurité nationale américain. “Il semble que les diplomates chinois sont observés à travers le filtre de Pékin, Pékin récompensant les diplomates qui défendent énergiquement les vues officielles de la Chine et méprisant ceux qui sont perçus comme trop réservés. »

Cela pourrait nuire aux efforts de Xi Jinping pour gagner des amis à l’étranger et tirer profit de l’impopularité internationale de Donald Trump. Alors que la Chine a saisi l’occasion de la guerre commerciale et du désengagement américain à l’étranger pour se positionner en champion de la mondialisation, 63% des personnes interrogées lors d’un sondage Pew en 2018 dans 25 pays ont déclaré préférer les États-Unis en tant que leader mondial, contre 19% pour la Chine.

Action-Réaction

L’objectif avoué de la Chine est de devenir une super-puissance mondiale influençant un réseau d’alliés qui équilibrerait l’emprise dominante américaine. La Chine investit des milliards dans des efforts globaux tels que l’Initiative Ceinture et Route de Xi ( Nouvelle route de la soie) dans le but de forger des liens plus solides avec des pays du monde entier.

Mais l’approche diplomatique de plus en plus stridente de la Chine pourrait lui faire plus de mal que de bien. Le sentiment anti-chinois a joué un rôle crucial dans les surprises électorales en Asie et de plus en plus de pays à l’international s’interrogent sur les investissements chinois, en particulier dans le domaine des télécommunications avec des craintes grandissantes de l’utilisation de ses équipements de réseaux 5G dans des buts d’espionnage.

Le ministère chinois des Affaires étrangères n’a pas répondu aux questions faxées au sujet du langage plus agressif des diplomates. Après l’entrée en fonction de Trump, la Chine a cherché à se présenter comme un partisan de l’ordre international, Xi lui-même défendant la mondialisation lors du Forum économique mondial de Davos, en Suisse. Son offensive de charme contrastait avec Trump qui a remodelé le discours public en insultant régulièrement les autres leaders mondiaux sur Twitter.

Des diplomates étrangers à Pékin ont déclaré que ces dernières années le comportement des fonctionnaires chinois était devenu beaucoup plus agressif et plus ferme lors de réunions privées. Selon un émissaire haut placé à l’étranger, leurs discussions sont devenues plus idéologiques. Il a décrit le comportement comme imprégné d’un fort sentiment de grief combiné à des revendications en faveur du rôle et les droits de la Chine sur la scène internationale.

L’attitude signalée de la Chine au sommet de l’APEC en novembre a mis en évidence ce changement. Selon l’Agence France Presse, la police de Papouasie-Nouvelle-Guinée a été appelée après la tentative des autorités chinoises de “pénétrer” dans le bureau du Ministre des Affaires Etrangères du pays afin d’influencer le communiqué du sommet. Les autorités chinoises ont par la suite démenti le rapport, le qualifiant de « rumeur répandue par des personnes aux intentions cachées ».

Playdoyer pour Huawei

Le plaidoyer des diplomates chinois en faveur du géant de la technologie en crise, Huawei Technologies Co., a même contrarié les chefs de gouvernement. En effet, l’ambassadeur de Chine en République tchèque, Zhang Jianmin, en novembre a annoncé que la décision de l’organe tchèque de cyber-sécurité d’interdire Huawei ne reflétait pas le point de vue du gouvernement tchèque. Le Premier Ministre Andrej Babis a alors déclaré sur la radio

chèque :“Je ne sais pas de quoi parle l’ambassadeur « . Un ambassadeur européen à Pékin a mentionné que le plaidoyer agressif de la Chine en faveur de la société a prévalu dans le bloc des 28 nations.

Dans certaines régions, la rhétorique chinoise à l’étranger se durcit depuis des années. Les responsables étrangers ont remarqué un ton de plus en plus acerbe de la part de Pékin à la suite de la crise financière mondiale. Lors d’une réunion organisée en 2010 à Hanoi par les Nations de l’Asie du Sud-Est, le Ministre des Affaires Etrangères Yang Jiechi a notamment qualifié certains des voisins de la Chine de « petits pays » en rapport à la position de Pékin en mer de Chine méridionale.

 Les diplomates étrangers ont déclaré que les explosions avaient augmenté en fréquence et en intensité depuis l’arrivée au pouvoir de Xi en 2012. Au cours des dernières années, la Corée du Sud, les Philippines, l’Australie et maintenant le Canada ont tous été victimes de la colère de Pékin par des piques diplomatiques souvent associées à des pressions économiques, sous forme de restrictions à l’importation, d’inspections de magasins et d’alertes sécuritaires aux groupes de touristes chinois.

Dans un discours prononcé au conclave du parti communiste en 2017, Xi a été nommé pour un second mandat au poste de chef du Parti sans éventualité de successeur. Xi a décrit la Chine comme se “tenant droite et ferme à l’Est” et s’est engagé à faire du pays un leader dans l’innovation, influenceur mondial et doté d’une forte puissance militaire. Lors d’une conférence des ambassadeurs chinois à la fin de cette année, Xi a exhorté les diplomates àjouer un rôle plus actif dans un monde de plus en plus multipolaire – un discours décrit par l’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni comme un “ordre de mobilisation” ou “appel au clairon”.

Rochers et Torrents”

Le corps diplomatique chinois a rapidement montré sa loyauté envers Xi. Dans un essai publié en 2017 dans le magazine théorique Qiushi du Parti, le diplomate Yang Jiechi s’est engagé à étudier et mettre en oeuvre la pensée de Xi sur la diplomatie de “ façon authentique et profonde ”. Le Ministre des Affaires Etrangères,Wang Yi, a récemment félicité Xi pour “avoir pris la ligne de front de l’histoire” et pour “ braver 10 000 rochers et torrents”

Les exigences de loyauté de Xi font craindre un risque plus grand pour la Chine que Trump.

Les ambassadeurs chinois ont toujours le sentiment qu’ils doivent davantage parler aux dirigeants de Pékin qu’à la population. Leurs promotions en dépendent”, a déclaré Susan Shirk, ancienne Secrétaire d’état adjointe des Etats-Unis pour l’Asie de l’Est. “ Si aujourd’hui, ce qu’ils disent est plus ouvertement anti-américain ou anti-occidental, cela reflète l’évolution de la ligne de politique étrangère ”

Selon des personnes familières avec les réunions, conformément aux campagnes nationales de “ renforcement du parti ”, les diplomates chinois participent régulièrement à des séances “ d’auto-critique ” au Ministère des Affaires Etrangères. Le mois dernier, l’ancien chef adjoint du puissant département de l’organisation du parti, Qi Yu, a été nommé Secrétaire du Ministère des Affaires Etrangères malgré un manque d’expérience diplomatique. Un ambassadeur étranger a déclaré que les diplomates chinois étaient compétents et intelligents mais qu’ils étaient aussi de plus en plus « effrayés ».

La Chine a déjà connu ce genre de diplomatie axée sur l’idéologie. Selon le livre China’s Quest de l’historien John Garver, des diplomates chinois à Londres s’ étaient filmés pendant la Révolution Culturelle en train de combattre des manifestants dans les rues de Londres. A Pékin, des missions diplomatiques britanniques et soviétiques avaient été assiégées ou envahies et d’autres diplomates avaient été menacés dans les rues.

La nouvelle vague de truculence affecte également la manière dont les émissaires étrangers sont traités en Chine. Selon des personnes informées des discussions, le citoyen canadien et ancien diplomate détenu, Michael Kovrig, a été interrogé sur son travail en tant que diplomate. Cela pourrait constituer une violation de l’article 39 de la Convention de Vienne qui couvre explicitement les travaux antérieurs d’anciens diplomates. La Chine est un signataire.

À l’intérieur du vaste état policier qui s’empare de la ceinture et de la route de la Chine

Des diplomates étrangers se rendant dans l’extrême-ouest du Xinjiang, ont été suivis, placés en détention provisoire et contraints de supprimer des photos prises avec leurs téléphones. Selon le Ministère des Affaires Etrangères, le ressortissant suédois Gui Minhai a été interpellé par les autorités chinoises devant des diplomates suédois,

Le changement d’humeur et les tensions avec les États-Unis ont modifié le ton des discussions au sein de la bureaucratie chinoise. Un diplomate chinois a déclaré que s’il n’a jamais été facile d’être une colombe en Chine, à l’exception des plus hauts responsables, ils s’abstiennent maintenant d’exprimer publiquement des positions modérées à l’égard des États-Unis.

« Pékin a pris l’habitude de montrer des exemples de puissances moyennes dans l’espoir de dissuader d’autres de contester les intérêts chinois , déclare Hass à la Brookings Institution.  » Certains à Pékin semblent également être de plus en plus frustrés par le fait que la montée en puissance de la Chine ne se traduise pas encore par le type de déférence qu’elle recherche”.

Avec l’aide de Peter Martin